S'abonner

Prise en charge des cancers bronchopulmonaires non métastatiques avec mutations oncogéniques : quelle place pour les traitements ciblés ? - 31/01/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2017.10.227 
S. Gendarme , M. De Torcy, Q. Gibiot, I. Ben Assem, F. Vinas, A. Boudjemaa, G. Rousseau-Bussac, I. Monnet, C. Chouaid
 CHI de Créteil, Créteil, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Peu de données sont publiées sur la prise en charge des cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) localisés ou localement avancés avec mutation oncogénique [1], en grande partie liée au fait que les recommandations actuelles de réalisation de profil de biologie moléculaire concernent uniquement les formes métastatiques. L’objectif de cette étude est de décrire dans le cadre d’une étude monocentrique la prise en charge des CBNPC non métastatiques avec mutation oncogénique.

Méthodes

Il s’agit d’une analyse rétrospective à partir du registre des CBNPC histologiquement prouvés, pris en charge entre le 1er janvier 2007 et le 31 mai 2017, ayant inclus les patients de stades I à IIIb localement avancées et porteur d’une des mutations ou translocations suivantes ; E-GFR, EML-4-ALK, B-RAF, HER2, ROS1, RET, mutation de MET.

Résultats

L’analyse porte sur 46 patients : stade I (19,6 %), II (6,4 %), III (74 %) ; 76 % de femmes, 71,7 % de non-fumeurs, 87 % d’adénocarcinomes, 28 (60,9 %) EGFR mutés (exon 19, L858R, mutations rares dans respectivement 71 %, 21 %, 8 % des cas), 7 (15,2 %) translocations ALK et 11 (23,9 %) divers (Fig. 1). La grande majorité de ces patients avec mutation oncogénique a été traité selon les standards des CBNPC non métastatiques, mais 13/46 (28,3 %) ont reçu une thérapie ciblée en première ligne (10/28, 35,7 % des EGFR mutés et 3/7, 42,9 % des transloqués ALK, le plus souvent en situation néo-adjuvante à une chirurgie ou une radiothérapie (7 cas sur 13). La médiane de durée du traitement ciblé est de 8,3 mois, la médiane de survie est de 99,3 (IC95 % : 47,5–NA) mois, non atteinte pour les stades I/II et de 73,8 (IC95 % : 39–105) mois pour les stades III.

Conclusion

Le pronostic des CBNPC non métastatiques avec mutation oncogénique apparaît au moins aussi bon que celui des patients CBNPC sans mutation oncogénique de même stade. Des recommandations sont nécessaires pour préciser la place des thérapies ciblées en situation non métastatiques chez ces patients avec mutation oncogénique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° S

P. A103-A104 - janvier 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Modélisation mathématique dans un essai clinique de phase 1 : application dans le traitement des cancers bronchiques non à petites cellules et des mésothéliomes avancés, par vinorelbine orale, selon un schéma métronomique
  • M. Barbolosi, D.C. Imbs, P. Tomasini, L. Greillier, M. Galloux, A. Testot-Ferry, M. Garcia, X. Elharrar, A. Pelletier, N. Andre, C. Mascaux, B. Lacarelle, R. El Cheikh, R. Serre, J. Ciccolini, D. Barbolosi, F. Barlesi
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs associés au pronostic des carcinomes bronchiques en unité de soins intensifs
  • A. Bertier, M. Patout, F. Guisier, F. Tamion, L. Thiberville, A. Cuvelier, M. Salaun

Déjà abonné à cette revue ?

;