S'abonner

Profil épidémiologique et étiologique des hémoptysies au CHU d’Antananarivo - 31/01/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2017.10.534 
I.D. Rakotondrabe 1, , H.M. Tiaray 1, K. Ravahatra 1, M.O. Rasoafaranirina 1, A.M. Nandimbiniaina 1, J. Rakotomizao 1, J. Rakotoson 2, R.N. Raharimanana 1, A. Andrianarisoa 1
1 Université d’Antananarivo, Antananarivo, Madagascar 
2 Université de Fianarantsoa, Antananarivo, Madagascar 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’hémoptysie est un motif d’hospitalisation fréquent en pneumologie. La recherche étiologique est une nécessité afin d’améliorer la prise en charge. L’objectif de notre étude est de dresser un profil épidémiologique et étiologique des hémoptysies au sein du service de Pneumologie de l’hôpital universitaire Joseph-Raseta-de-Befelatanana-d’Antananarivo.

Méthodes

Nous avons conduit une étude rétrospective portant sur les dossiers des patients hospitalisés pour hémoptysie entre janvier 2016 et juin 2017.

Résultats

Sur 1282 patients admis dans le service durant cette période, 185 étaient hospitalisés pour hémoptysie, soit 14,4 %. L’âge moyen était de 39,42 ans (16–84 ans) avec une prédominance masculine dans 123 cas (66,5 %). Quarante-six patients (24,8 %) avaient un antécédent de tuberculose pulmonaire dont 9 avaient présenté au moins deux épisodes d’hémoptysie. Les hémoptysies étaient de faible abondance dans 90 cas (48,6 %), de moyenne abondance dans 59 cas (31,8 %) et de grande abondance dans 36 cas (19,4 %). La radiographie thoracique montrait des images de caverne dans 69 cas (37,3 %) et 24 patients (12,9 %) présentaient des lésions radiologiques étendues et bilatérales. Vingt patients (10,8 %) avaient bénéficié d’un scanner thoracique pour la recherche étiologique. La tuberculose pulmonaire était retrouvée chez 60 patients (32,4 %) dont 53 de nouveaux cas et 7 cas de rechute. Les pneumopathies bactériennes concernaient 46 patients (24,8 %). Seize cas (8,6 %) de dilatations de bronches étaient objectivés dont 9 étaient séquellaires d’une tuberculose ancienne. Les autres causes d’hémoptysie retrouvées étaient : l’abcès pulmonaire (5,9 %), l’aspergillome (5,4 %), le cancer bronchopulmonaire (4,3 %), les valvulopathies (2,7 %), l’embolie pulmonaire (1 %) et la bronchite aiguë (1 %). Aucune étiologie n’a été retrouvée chez 25 patients (13,5 %). Nous avons déploré 12 cas de décès (6,4 %) liés à une hémoptysie de grande abondance. L’aspergillome (5 cas) et les dilatations de bronches post-tuberculeuses (4 cas) étaient les principales causes de cette issue défavorable et aucune étiologie n’a été retrouvée chez les 3 autres cas.

Conclusion

À la lumière cette étude, la tuberculose pulmonaire constitue la cause la plus fréquente d’hémoptysie. La recherche étiologique est malheureusement limitée par le niveau socio-économique des patients dans les pays en voie de développement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° S

P. A230-A231 - janvier 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les représentations des pathologies respiratoires dans la musique occidentale
  • B. Herer
| Article suivant Article suivant
  • Prévalence de la bronchopneumopathie chronique obstructive en milieu urbain camerounais
  • E.W. Pefura-Yone, A.D. Balkissou, L.M. Endale-Mangamba, M. Massongo, G. Tsala, F. Mayo-Nguimfo, O. Oumarou, E.J. Olomo-Ndjambou, A. Elanga, F. Teuwa, E. Boutchueng-Kam

Déjà abonné à cette revue ?

;