S'abonner

Évaluation des facteurs cliniques prédictifs de réponse à l’immunothérapie dans le cancer bronchique non à petites cellules - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.237 
P.H. Aussedat 1, , P. Tomasini 1, A. Jeanson 1, M. Souquet-Bressand 1, A. Loundou 2, M. Grangeon 1, S. Chaléat 1, J. Bermudez 1, Y. Trigui 1, F. Barlesi 1, L. Greillier 1
1 CHU Nord, Marseille, France 
2 CHU Timone, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Malgré l’intérêt grandissant pour les inhibiteurs de check-points immunitaires (ICI) dans le cancer bronchique, le taux de réponse à ce type de traitement est faible avec un risque non négligeable de toxicités spécifiques à l’immunothérapie. Déterminer des facteurs prédictifs de réponse à l’immunothérapie est donc essentiel.

Méthodes

Nous avons mené une étude de cohorte observationnelle, rétrospective et monocentrique chez des patients souffrant de cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) ayant reçu au moins un cycle d’ICI entre avril 2013 et novembre 2017. Les variables étudiées étaient les caractéristiques cliniques, les caractéristiques de la maladie, les données liées au traitement et l’évolution sous traitement. Il s’agit d’une étude exploratoire dont l’objectif principal était de déterminer les paramètres cliniques prédictifs du contrôle de la maladie sous ICI dans le CBNPC, et ce dans une population en vie réelle. Le critère de jugement principal était le taux de patients vivants et sans progression 3 mois après la première injection d’ICI (TCM-3M).

Résultats

Parmi les 415 patients inclus dans notre cohorte, l’âge médian était 61 ans et le sex-ratio de 2 hommes pour une femme. Vingt et un pour cent des patients avaient un performance status (PS)2, 11,1 % étaient maigres, 51 %, 21,9 % et 6,7 % étaient normo-pondéraux, en surpoids et obèses, respectivement. Le TCM-3M était de 51,9 %. Le taux de réponse objective (TRO) était de 17,1 %. Les médianes de survie sans progression (SSP) et de survie globale (SG) étaient de 3,6 et 13,4 mois, respectivement. Un PS 0–1 et la présence d’effets indésirables reliés au traitement ont été identifiés comme facteurs cliniques prédictifs indépendants de meilleurs 3M-TCM, TRO, SSP et SG. Les patients obèses avaient une meilleure SSP (SSP médiane 9,4 mois) et SG (SG médiane 22 mois) que les non obèses (p<0,02), tandis que les patients avec un IMC bas avaient un 3M-TCM, un TRO et une SG significativement moins bons.

Conclusion

Un PS1, une obésité et la survenue de toxicités ont été identifiés comme étant des caractéristiques cliniques prédictives de meilleure réponse et de meilleure survie chez les patients souffrant de CBNPC traités par immunothérapie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A114 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Intérêt du curage ganglionnaire lors du traitement chirurgical des métastases pulmonaires uniques
  • M. Djellout
| Article suivant Article suivant
  • Évolution du taux de réponse à la chimiothérapie et de la survie des patients atteints d’un cancer bronchique à petites cellules au CHU Grenoble-Alpes entre 1997 et 2017
  • M. Lattuca Truc, J.F. Timsit, M. Giaj Levra, L. Ferrer, J. Pinsolle, S. Ruckly, J. Villa, I. Dumas, P. Guillem, D. Moro-Sibilot, A.C. Toffart

Déjà abonné à cette revue ?

;