S'abonner

Apport de l’adénosine désaminase (ADA) dans le diagnostic de la tuberculose pleurale. À propos de 187 patients - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.078 
B. Daher , K. Bouytse, N. Reguig, R. Zahraoui, M. Soualhi, K. Marc, J. Benamor, J.E. Bourkadi
 Pneumologie, Rabat, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’adénosine désaminase (ADA) pleural est un biomarqueur proposé pour aider au diagnostic de la tuberculose pleurale, cette enzyme ubiquitaire intervenant dans le métabolisme des bases puriques est largement retrouvée dans les lymphocytes T, les monocytes et les macrophages activés lors d’un processus d’immunité à médiation cellulaire. L’objectif de notre étude était de montrer l’intérêt du dosage de l’ADA dans le liquide pleural dans le diagnostic des pleurésies tuberculeuses.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective, concernant les patients ayant réalisé un dosage de l’adénosine désaminase dans le liquide pleural, à l’hôpital du jour, service de pneumologie de l’hôpital Moulay Youssef, CHU Ibn Sina du Rabat, durant la période allant du janvier à juin 2018. L’analyse statistique a été effectuée par le logiciel SPSS 20. Nous avons calculé la sensibilité (Se), la spécificité (Sp), la valeur prédictive positive (VPP) et la valeur prédictive négative (VPN) avec un seuil d’ADA fixé à 37UI/L.

Résultats

Nous avons inclus 187 patients admis pour pleurésie, dont 62 malades avaient bénéficié du dosage de l’adénosine désaminase, avec une moyenne d’âge de 45±30 ans, la sex-ratio est de 1,2 (44 % femmes et 56 % hommes), 65 % avaient des habitudes toxiques. Quatre-vingt-dix pour cent des pleurésies étaient d’origine tuberculeuse, 75 % étaient retenues sur des arguments histologiques (par biopsie pleurale), alors que le reste était retenu devant des arguments cliniques, biologiques, radiologiques et évolutives. Le taux médian d’ADA pleural était de 53UI/L. La sensibilité était de 89 %, la spécificité : 60 %, la VPP : 77 %, et la VPN : 96 %.

Conclusion

Dans les pays à forte prévalence tuberculeuse, face à une pleurésie lymphocytaire, la détermination de l’activité ADA pleurale peut constituer un test de première intention pour exclure ou retenir le diagnostic de pleurésie tuberculeuse, surtout dans les cas non confirmés histologiquement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A43 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La rentabilité de la biopsie pleurale à l’aveugle dans le diagnostic de la tuberculose. À propos de 187 patients
  • B. Daher, N. Reguig, K. Bouytse, R. Zahraoui, M. Soualhi, K. Marc, J. Benamor, J.E. Bourakadi
| Article suivant Article suivant
  • Analyse de l’activité stérilisante de régimes hebdomadaires à base de bédaquiline et rifapentine dans un modèle murin de tuberculose
  • F. Kort, A. Chauffour, L. Guglielmetti, V. Jarlier, N. Veziris

Déjà abonné à cette revue ?

;