S'abonner

Effet d’une corticothérapie sur la modulation du réflexe de la toux à l’exercice chez le lapin sensibilisé à l’ovalbumine - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.085 
S. Valentin 1, , B. Chenuel 2, S. Demoulin-Alexikova 2, B. Demoulin 2, D. Gérard 3, L. Foucaud 2, M. Poussel 2
1 Département de pneumologie, CHRU de Nancy, Vandoeuvre-Lès-Nancy, France 
2 EA 3450 DevAH - Development, Adaptation and Disadvantage, Cardiorespiratory regulations and motor control, Université de Lorraine, Vandoeuvre-Lès-Nancy, France 
3 Université de Lorraine, CHRU-Nancy, Laboratoire d’hématologie biologique, Vandoeuvre-Lès-Nancy, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La toux est un symptôme prédominant dans la maladie asthmatique et pourtant, ses mécanismes physiopathologiques, en particulier à l’exercice, restent à clarifier. Chez le sujet sain, des travaux récents mettent en évidence une diminution de la réponse tussigène durant l’exercice afin de privilégier les besoins métaboliques imposés par celui-ci. Dans le modèle animal d’asthme (sensibilisé à l’ovalbumine), une perte de désensibilisation du réflexe de toux à l’exercice a pu être montrée [1]. L’objectif de notre étude a été d’étudier l’influence d’un traitement par corticoïdes sur la modulation du réflexe de toux, à l’exercice, chez le lapin sensibilisé à l’ovalbumine.

Méthodes

Quinze lapins sensibilisés à l’ovalbumine ont été répartis en 2 groupes : un groupe contrôle (n=8) et un groupe avec injection intraveineuse de méthylprednisolone à 1mg/kg/jour sur 2jours (n=7). Les stimulations trachéales mécaniques ont été pratiquées au repos et à l’exercice (contractions musculaires par électrostimulation), par un cathéter introduit par la canule de trachéotomie, en ventilation spontanée, afin d’évaluer le seuil de réflexe de toux. L’enregistrement continu du débit ventilé, du volume courant et de l’électromyogramme a permis l’identification rigoureuse des épisodes de toux. Un LBA ainsi que des tests cutanés ont permis d’attester la sensibilisation des lapins à l’ovalbumine.

Résultats

Il existe une forte tendance à la restauration de la désensibilisation du réflexe de toux à l’exercice (p=0,0625) après traitement par corticoïdes intraveineux (Tableau 1). Dans le groupe contrôle, on ne retrouve pas de modification du seuil du réflexe de toux à l’exercice (p=0,5).

Conclusion

La toux est un symptôme fréquemment associé aux pathologies liées à une inflammation bronchique à éosinophile. L’action anti-inflammatoire de la corticothérapie prise avant l’exercice permet de limiter l’action délétère des PNE sur les récepteurs de la toux, et ainsi augmenter le seuil de la toux à l’exercice. L’inflammation bronchique chez l’asthmatique a donc un rôle central dans la bronchoconstriction, mais aussi dans la toux à l’exercice. Selon ces résultats, la prise de corticoïdes avant l’exercice chez l’adulte asthmatique, permettrait de réduire l’incidence de la toux.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A46-A47 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Infections pulmonaires à mycobactéries non tuberculeuses sans facteur favorisant
  • E. Catherinot, C. Bron, J. Rosain, H. Salvator, F. Pourtout, P. Devilliers, E. Balloul, G. Bonan, D. Valeyre, G. Le Bourdelles, E. Rivaud, C. Tcherakian, C. Picard, S. Boisson-Dupuis, P. Cahen, E. Cardot-Martin, E. Farfour, J.L. Casanova, J. Bustamante, L.J. Couderc
| Article suivant Article suivant
  • Études structure-fonction de mutants d’ABCA3 dans le cadre de pathologie héréditaire du surfactant pulmonaire
  • M. Omne, S. Hamouda, S. Simon, E. Nattes, C. Delestrain, K. Bousseta, R. Epaud, P. Fanen, A. De Becdelievre

Déjà abonné à cette revue ?

;