S'abonner

Évaluation de deux systèmes d’oxygénothérapie à haut débit (Non Rebreathing Mask [NRM] vs Optiflow®) lors de la prise en charge kinésithérapique de patients présentant une hypoxémie sévère en post opératoire de chirurgie cardiaque - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.138 
S. Baneton 1, , M. Cabillic 1, J. Nicollet 2, F. Corne 3, O. Barron 4, B. Rozec 5
1 Kinésithérapeute, Nantes, France 
2 PH Anesthésiste, Nantes, France 
3 Pneumologue, Nantes, France 
4 PU/PH chirurgien thoracique, Nantes, France 
5 PU/PH Anesthésiste, Nantes, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’association de complications respiratoires en postopératoire de pontage aortocoronarien (PAC) aboutit souvent à l’hypoxémie nécessitant une oxygénothérapie à haut débit adaptée avec ses contraintes et limites. La kinésithérapie respiratoire (KR) et les mobilisations actives (KM) font maintenant partie intégrante de la réhabilitation précoce des patients en post opératoire de chirurgie cardiaque. Cette réhabilitation pourrait réduire les durées de séjour et faciliter la convalescence. Largement décrites en réanimation, les mobilisations sont exécutées en toute sécurité sous surveillance clinique et monitorage des paramètres vitaux. L’objectif de cette étude était d’évaluer les effets de la KR et KM sur ces paramètres, avec deux systèmes d’oxygénothérapie à haut débit, le NRM et l’Optiflow® (dispositif délivrant un haut débit d’oxygène [45L/min] réchauffé/humidifié avec une canule nasale [HFNC]).

Méthodes

Quarante-quatre patients ont été inclus dans l’étude en postopératoire de chirurgie de PAC avec prise de greffon de l’artère thoracique interne (ATI) présentant en ventilation spontanée une hypoxémie définie par une saturation pulsatile en oxygène (SpO2)96 % sous masque Venturi 50 %. Deux groupes ont été constituées : le groupe Optiflow® (GO, n=24) et le groupe NRM (GT, n=20). Les paramètres (fréquence respiratoire [FR], fréquence cardiaque [FC], SpO2, dyspnée) étaient recueillis durant 2jours avant et après la séance de kinésithérapie. À j1 la KR était prescrite et la KM associée à j2.

Résultats

Dans le groupe GO, la FR était diminuée à j1 (23 GT vs 18 GO, p=0,001) avec augmentation de la SpO2 (95 % GT vs 97,5 % GO, p=0,001). À j2 la SpO2 était augmentée dans le GO (91,5 % GT vs 96,5 % GO, p=0,0001) avec une FR diminuée (29 GT vs 22 GO, p=0,0001) après la séance de KM. La FC présentait une augmentation linéaire dans les deux groupes. Les exercices étaient stoppés (sécurité) pour 8/20 patients dans GT versus 1/24 dans GO.

Conclusion

Les patients hypoxiques sous Optiflow® ont une meilleure tolérance à la kinésithérapie respiratoire et aux exercices de réhabilitation précoce dans des conditions de sécurité optimale. Cela pourrait s’expliquer par la diminution du travail respiratoire avec une oxygénothérapie adaptée à la demande respiratoire du patient lors de l’effort.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A72-A73 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Effet du traitement par avancée mandibulaire sur les biomarqueurs inflammatoires et métaboliques chez des patients avec un syndrome d’apnées obstructives du sommeil sévère : un essai randomisé contrôlé
  • S. Recoquillon, J.L. Pépin, B. Vielle, R. Andriantsitohaina, V. Bironneau, F. Chouet-Girard, B. Fleury, F. Goupil, S. Launois, C. Martinez, N. Meslier, X.L. Nguyen, A. Paris, P. Priou, R. Tamisier, W. Trzepizur, F. Gagnadoux
| Article suivant Article suivant
  • Comparaison des modes AVAPS-AE et mode ST chez les patients atteints d’un syndrome obésité hypoventilation : une étude contrôlée randomisée
  • M. Patout, F. Gagnadoux, C. Rabec, W. Trzepizur, M. Georges, C. Perrin, R. Tamisier, C. Llontop, F. Goutorbe, C. Gounane, S. Pontier-Marchandise, P. Cervantes, V. Bironneau, A. Portmann, J. Delrieu, J.F. Muir, A. Cuvelier

Déjà abonné à cette revue ?

;