S'abonner

Comparaison des modes AVAPS-AE et mode ST chez les patients atteints d’un syndrome obésité hypoventilation : une étude contrôlée randomisée - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.139 
M. Patout 1, , F. Gagnadoux 2, C. Rabec 3, W. Trzepizur 2, M. Georges 3, C. Perrin 4, R. Tamisier 5, C. Llontop 6, F. Goutorbe 7, C. Gounane 1, S. Pontier-Marchandise 8, P. Cervantes 9, V. Bironneau 10, A. Portmann 1, J. Delrieu 11, J.F. Muir 1, A. Cuvelier 1
1 Service de pneumologie, oncologie thoracique, Soins Intensifs Respiratoires, Bois Guillaume, France 
2 Département de pneumologie, Angers, France 
3 Service de pneumologie et soins intensifs respiratoires, Dijon, France 
4 Service de pneumologie, Cannes, France 
5 Service de physiologie clinique, Grenoble, France 
6 Service d’explorations fonctionnelles de la respiration, de l’exercice et de la dyspnée, Hôpitaux universitaires Pitié Salpetrière, Charles Foix, Paris, France 
7 Centre hospitalier de Béziers, Béziers, France 
8 Service de pneumologie et USI Hôpital Larrey, Toulouse, France 
9 Service de pneumologie, Hôpital Robert-Schuman, Metz, France 
10 Service de pneumologie, Poitiers, France 
11 ANTADIR, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le syndrome obésité hypoventilation (SOH) est habituellement traité par une ventilation non invasive (VNI) en mode ST. Le mode AVAPS-AE est également un mode barométrique qui permet de déterminer un volume cible et qui titre automatiquement le niveau de pression expiratoire positive pour maintenir la perméabilité des voies aériennes supérieures. L’objectif de cette étude était d’évaluer si l’utilisation d’un mode AVAPS-AE permettait d’améliorer la qualité du sommeil et la capnie à deux mois de la mise en place de la VNI comparativement à l’utilisation d’un mode ST.

Méthodes

Étude prospective contrôlée randomisée incluant des patients ayant un syndrome obésité hypoventilation associé à une capnie diurne6kPa, un IMC30kg/m2 et naïfs d’un traitement par VNI à domicile. Les critères d’exclusion étaient l’existence d’une autre cause d’hypoventilation alvéolaire, l’existence de plus de 10 % d’apnées centrales, de troubles psychiatriques sévères ou d’une insuffisance cardiaque. Les VNI étaient initiées en hospitalisation dans chacun des groupes.

Résultats

Soixante patients ont été inclus dans l’analyse finale (Tableau 1). Les caractéristiques à l’inclusion étaient comparables hormis pour le dosage de bicarbonates (p=0,038). L’utilisation moyenne de la VNI était de 6,2heures par nuit dans chacun des groupes (p=0,93). L’amélioration de la capnie était similaire dans chacun des groupes avec une réduction moyenne de 0,87kPa [IC95 % −1,14 à −0,50] dans le groupe AVAPS-AE et de 0,87kPa [IC95 % −1,12 à −0,46] dans le groupe ST (p=0,984). La somnolence évaluée par l’échelle d’Epworth était diminuée de manière similaire dans chacun des groupes : −3,5 [IC95 % −5,5 à −1,4] dans le groupe AVAPS-AE vs −3,6 [IC95 % −6,0 à −1,1] dans le groupe ST (p=0,938). La qualité du sommeil évaluée par le score de qualité du sommeil de Pittsburgh était améliorée de manière comparable dans chacun des groupes : −1,2 [IC95 % −3,1 à 0,7] vs −2,7 [IC95 % −5,2–0,28], (p=0,332).

Conclusion

Nos résultats témoignent d’une efficacité similaire du mode AVAPS-AE et du mode ST pour le contrôle de la capnie et l’amélioration de la qualité subjective du sommeil. Ces résultats doivent être confrontés à l’évaluation de la qualité objective du sommeil.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A73 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation de deux systèmes d’oxygénothérapie à haut débit (Non Rebreathing Mask [NRM] vs Optiflow®) lors de la prise en charge kinésithérapique de patients présentant une hypoxémie sévère en post opératoire de chirurgie cardiaque
  • S. Baneton, M. Cabillic, J. Nicollet, F. Corne, O. Barron, B. Rozec
| Article suivant Article suivant
  • Efficacité d’une pression positive continue portable sur la commande ventilatoire et la capacité à l’effort chez les patients ayant un collapsus excessif des voies aériennes
  • M. Patout, E. Lhuillier, G. Kaltsakas, N. Hart, P.B. Murphy

Déjà abonné à cette revue ?

;