S'abonner

L’apport de l’échographie endobronchique par minisonde radiale pour le diagnostic de lésions pulmonaires périphériques bénignes et malignes : neuf années d’expériences au CHU de Rouen - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.152 
L. Perrot , S. Lachkar, L. Thiberville, H. Morisse-Pradier, F. Guisier, M. Salaun
 Service de pneumologie, oncologie thoracique et soins intensifs respiratoires, CIC-CRB 1404, CHU Charles-Nicolle, Rouen, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

À l’ère des interventions mini-invasives, l’échographie endobronchique par minisonde radiale (R-EBUS) est un outil efficace pour le diagnostic des lésions pulmonaires périphériques (LPP). L’objectif de cette étude est de décrire neuf années d’expérience dans l’utilisation de la R-EBUS, d’identifier les facteurs influençant le rendement diagnostique, d’étudier l’évolution de ces paramètres et la courbe d’apprentissage.

Méthodes

Depuis la première R-EBUS réalisée en avril 2008 jusqu’en août 2017, nous avons examiné rétrospectivement les données des LPP explorées par R-EBUS au CHU de Rouen. Tous les cas avec diagnostic final ont été systématiquement analysés. Nous avons recueilli l’âge et le sexe des patients, les caractéristiques scanographiques des nodules explorés, les résultats des prélèvements cyto-histologiques, le diagnostic obtenu par R-EBUS et le diagnostic final retenu après suivi.

Résultats

Sur les 1741 procédures réalisées, 1274 lésions ont été explorées par R-EBUS à visée diagnostique avec un diagnostic final. Quatre-vingt-cinq pour cent des lésions étaient visibles en échographie radiale. La R-EBUS a contribué au diagnostic dans 888 cas : 786 lésions malignes et 102 lésions bénignes, soit un rendement diagnostique global de 70 %. La sensibilité était de 76 % pour les lésions malignes et de 43 % pour les lésions bénignes. La taille de la lésion (p=0,006), la présence du signe de la bronche (p=7,56,10−11), la position de la minisonde (p=1,54,10−34) et le caractère malin de la lésion (p=9,64,10−25) ont influencé de manière significative le rendement de la R-EBUS en analyse univariée. En analyse multivariée, la présence d’un signe de la bronche (p=0,01 OR 1,86 IC 95 % 1,16–2,98), la visualisation du nodule (p<0,0001 OR 5,16 IC 95 % 3,56–7,46) et son caractère malin (p<0,0001 OR 3,89 IC 95 % 2,80–5,40) étaient des facteurs prédictifs indépendants de diagnostic du nodule en R-EBUS. En ce qui concerne la courbe d’apprentissage, la rentabilité diagnostique de 70 % a été rapidement atteinte en deux ans. Aucune complication sévère n’a été rapportée (pas de saignement sévère, pas de pneumothorax).

Conclusion

La R-EBUS est un outil facile à utiliser pour guider les biopsies de LPP lors de la fibroscopie périphérique, avec un rendement diagnostique élevé (70 %) et un taux de complications très faible.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A79 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Traitement endoscopique des tumeurs carcinoïdes bronchiques, 22 ans d’expérience stéphanoise
  • A. Fedi, J.M. Vergnon
| Article suivant Article suivant
  • PNEUMO-PECO : étude prospective et multicentrique comparant la prise en charge ambulatoire des pneumothorax spontanés à la prise en charge hospitalière
  • Y. Bazin, A. Sale, L. Sohier, C. Gangloff, M. Andre, E. Antone, W. Trzepizur, L. Chemery, S. Guinard, T. Guy, H. Le Ho, C. Gut-Gobert, C. Bernier, B. Delatour, S. Jouneau

Déjà abonné à cette revue ?

;