S'abonner

Évaluation des capacités fonctionnelles dans la BPCO : le test de lever de chaise d’une minute un exercice maximal ? - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.022 
S. Géphine 1, S. Bergeron 2, D. Saey 2, P. Mucci 3, F. Maltais 2,
1 Laboratoire UREPSSS, Loos, France 
2 Centre de recherche, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie, Université Laval, Québec, Canada 
3 Université de Lille, EA 7369, unité de recherche pluridisciplinaire sport santé société, Lille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Outre l’atteinte respiratoire, l’altération des capacités musculaires et de la tolérance à l’effort sont communément retrouvées chez les patients atteints de BPCO, impactant négativement leurs capacités fonctionnelles. Le test de lever de chaise d’une minute (STS 1min) est envisagé comme un outil d’évaluation des capacités fonctionnelles des patients. Cependant, les réponses physiologique et musculaire associées à ce test restent peu connues.

Objectif

Évaluer le stress cardiorespiratoire, la réponse symptomatique et la fatigue musculaire des membres inférieurs induits par le STS 1min.

Méthodes

14 sujets atteints de BPCO sévère et 11 sujets sains ont réalisé le STS 1min au cours duquel la consommation d’O2, la capacité inspiratoire, la réponse symptomatique et la fatigue musculaire étaient évaluées. Le travail réalisé au cours du STS 1min était estimé par le nombre maximal de lever de chaise multiplié par la masse corporelle des sujets. La fatigue du quadriceps était définie par une diminution de plus de 15 % de la tension de secousse potentialisée (TWq) induite par stimulation magnétique du nerf fémoral, mesurée pré et post STS 1min. Une épreuve d’effort maximale (EFX) avec analyse des variables cardiorespiratoires était réalisée sur ergocycle.

Résultats

71 % des patients avec une BPCO et 45 % des sujets sains présentaient une fatigue contractile du quadriceps suite au STS 1min. Une corrélation était retrouvée entre le travail réalisé au cours du STS 1min et la puissance maximale atteinte sur ergocycle uniquement chez les patients BPCO (r=0,69 p<0,01). Chez les patients BPCO, la capacité inspiratoire a diminué de façon similaire durant le STS 1min et l’EFX. Dans les deux groupes, la perception de dyspnée et de fatigue dans les jambes était significativement plus élevée pour l’EFX par rapport au STS 1min. Les cinétiques de VO 2 au cours du STS 1min montraient une consommation maximale d’oxygène (100±12 % de la VO 2max mesurée au cours de l’EFX) en moyenne obtenue 13±11 secondes post-exercice chez les patients. Les sujets sains atteignaient 87±21 % de leur VO 2max, en moyenne 12±8 secondes avant la fin du STS 1min.

Conclusion

Le test de lever de chaise d’une minute exige au patients BPCO sévères, une réponse cardiorespiratoire maximale, associée à l’apparition d’hyperinflation dynamique et de fatigue contractile du quadriceps. Nos résultats suggèrent que le STS 1min permet plutôt une évaluation des capacités d’exercices des patients BPCO les plus sévères.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A9 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation d’un programme de soins à domicile après hospitalisation pour exacerbation de BPCO
  • S. Cousse, M. Salaün, L. Thiberville, A. Cuvelier, M. Patout
| Article suivant Article suivant
  • Syndromes de chevauchement asthme-BPCO (ACOS) : étude de la prévalence et des caractéristiques des ACOS parmi la cohorte de BPCO du CHU d’Amiens
  • M. Drucbert, C. Andrejak, V. Jounieaux

Déjà abonné à cette revue ?

;