S'abonner

L’indice de masse corporelle a-t-il un impact sur l’asthme ? À propos d’une population tunisienne - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.191 
I. Laouini 1, , H. Zaibi 2, J. Ben Amar 2, S. Maazaoui 2, R. Fessi 2, B. Dhahri 2, H. Aouina 2
1 Public, Nabeul, Tunisie 
2 Public, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’asthme et l’obésité sont deux maladies chroniques fréquentes. Leurs prévalences sont en train d’augmenter simultanément au cours des dernières décades. Le lien entre ces pathologies a fait l’objet de nombreuses études.

Méthodes

But : étudier les caractéristiques de l’asthme selon l’indice de masse corporelle (IMC). Méthodes : il s’agit s’une étude rétrospective ayant inclus les patients asthmatiques suivis au service de pneumologie de l’hôpital Charles Nicolle de Tunis durant une période de 18 mois.

Résultats

Cent soixante-dix patients asthmatiques ont été inclus, âgés en moyenne de 47,98 ans±16,37 avec une prédominance féminine (sex-ratio=0,34). Les patients avaient un IMC moyen de 28,60kg/m2 [17–54,5] avec un poids moyen de 72,28±13,28kg. Le tiers des patients (33 %) était obèse (IMC30). L’âge de début de la maladie asthmatique était proportionnel à l’IMC (p=0,002) alors que l’ancienneté de la maladie asthmatique ne l’était pas. Les asthmatiques obèses présentaient plus de toux nocturne (p=0,037). L’hospitalisation en pneumologie et/ou réanimation pour asthme n’était pas corrélée à l’IMC. Après une analyse multivariée le contrôle de l’asthme était inversement proportionnel à l’IMC (p=0,019) alors que la sévérité ne l’était pas.

Conclusion

Les résultats de notre étude sont comparables avec ceux de la littérature où l’impact de l’obésité paraît bien établi, aussi bien sur la prévalence de l’asthme que sur son contrôle.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A95 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Particularités de l’asthme chez la femme en péri- et post-ménopause
  • I. Laouini, H. Zaibi, J. Ben Amar, A. Touil, S. Maazaoui, B. Dhahri, H. Aouina
| Article suivant Article suivant
  • Efficacité et tolérance du bromure de glycopyrronium en formulation extrafine chez les patients asthmatiques non contrôlés
  • A. Bachiri

Déjà abonné à cette revue ?

;