S'abonner

Efficacité et tolérance du bromure de glycopyrronium en formulation extrafine chez les patients asthmatiques non contrôlés - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.192 
A. Bachiri
 Laboratoire Chiesi, Bois Colombes, France 

Résumé

Introduction

Des mécanismes réflexes cholinergiques exagérés conduisant à une bronchoconstriction ont été mis en évidence et jouent un rôle central dans la physiopathologie de l’asthme. L’anticholinergique de longue durée d’action (LAMA) ; Tiotropium est indiqué en tant que traitement additionnel aux corticostéroïdes inhalés (CSI) et au bêta-2-agonistes de longue durée d’action (LABA) pour améliorer les symptômes et prévenir les exacerbations.

Méthodes

Étude multicentrique randomisée, double insu, contrôlée versus placebo, en cross-over. Au total, 98 asthmatiques non contrôlés (âge moyen 48 ans, 61 % femmes, VEMS moyen post-salbutamol : 80,1 % de la valeur prédite) sous un traitement de fond de CSI à dose faible/moyenne ont été randomisés pour recevoir soit le BG (12,5μg pMDI) ou un placebo pendant 6 semaines, séparés par une période de washout de 7jours puis l’autre traitement (actif ou placebo). L’objectif principal de l’étude était de démontrer la supériorité du BG par rapport au placebo en termes d’ASC 0–12h du VEMS au 42e jour.

Résultats

Comparé au placebo, le traitement par le BG a amélioré l’ASC 0–12h du VEMS au 42e jour (différence moyenne ajustée : 0,135L ; IC 95 % [0,092 ; 0,177], p<0,001). Ce résultat a été associé à une amélioration similaire du VEMS en termes de changement par rapport aux valeurs initiales au 42e jour (différence moyenne ajustée : 0,137L ; IC 95 % [0,094 ; 0,180], p<0,001). Le traitement était bien toléré.

Conclusion

Le BG en formulation extrafine entraîne une bronchodilatation efficace et cliniquement pertinente chez les patients asthmatiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A95 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’indice de masse corporelle a-t-il un impact sur l’asthme ? À propos d’une population tunisienne
  • I. Laouini, H. Zaibi, J. Ben Amar, S. Maazaoui, R. Fessi, B. Dhahri, H. Aouina
| Article suivant Article suivant
  • Bromure de glycopyrronium (BG) en particules extrafines en addition au dipropionate de béclométasone (DPB)/fumarate de formotérol (FF) chez les patients asthmatiques non contrôlés
  • A. Bachiri

Déjà abonné à cette revue ?

;