S'abonner

Pneumonies aiguës à éosinophiles et usage de substances psychoactives illicites - 25/01/20

Acute eosinophilic pneumonia and illicit psychoactive substance use

Doi : 10.1016/j.rmr.2019.07.010 
M. Underner a, , J. Perriot b, G. Peiffer c, T. Urban d, N. Jaafari a
a Unité de recherche clinique, université de Poitiers, centre hospitalier Henri Laborit, 86021 Poitiers, France 
b Dispensaire Emile Roux, Centre de tabacologie, 63100 Clermont-Ferrand, France 
c Service de pneumologie, CHR Metz-Thionville, 57038 Metz, France 
d Service de pneumologie, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49933 Angers, France 

Auteur correspondant. Unité de recherche clinique Pierre Deniker, centre hospitalier Laborit, 370, avenue Jacques Cœur, CS 10587, 86021 Poitiers cedex, France.Unité de recherche clinique Pierre Deniker, centre hospitalier Laborit370, avenue Jacques Cœur, CS 10587Poitiers cedex86021France

Résumé

L’usage de substances psychoactives illicites (SPAI) peut être responsable de complications pulmonaires parmi lesquelles figurent les pneumonies aiguës à éosinophiles (PAE). Revue systématique de la littérature sur les données concernant les PAE chez les consommateurs de SPAI (cannabis, cocaïne, héroïne et amphétamines). Parmi les deux consommateurs de cannabis et de tabac ayant une PAE, un adolescent âgé de 15 ans présentait un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) nécessitant une oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO). Cinq cas de PAE chez des fumeurs de cocaïne (crack) sont décrits. L’un d’eux était fatal. Le patient présentait un œdème aigu du poumon et un SDRA évoluant vers une fibrillation ventriculaire et une asystolie. Une femme de 24 ans présentait une PAE après inhalation répétée d’héroïne. Enfin, un cas de PAE avec SDRA chez un consommateur d’amphétamine inhalée est décrit. Le délai entre la première consommation de SPAI et l’admission variait de 7jours à 4 ans alors que le délai entre le dernier usage de SPAI et l’admission était court (inférieur à 15jours). Une consommation de SPAI doit être recherchée devant une PAE, notamment chez les adultes jeunes et les praticiens doivent aider les usagers à arrêter leur consommation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Illicit psychoactive substance (IPAS) use can lead to a number of respiratory complications, including acute eosinophilic pneumonia (AEP). Systematic literature review of data on AEP in IPAS users (cannabis, cocaine, heroin and amphetamine). Of two cases of cannabis and tobacco users reported to have developed AEP, one, a teenage15 year old boy presented with acute respiratory distress syndrome (ARSD) which necessitated extracorporeal membrane oxygenation (ECMO). Five cases of AEP in cocaine smokers (crack) are reported, one of which was fatal. The patient presented with acute pulmonary edema and ARDS which progressed to ventricular fibrillation and asystole. A 24-year-old woman presented with AEP after repeated inhalation of heroin. Finally, a case of an amphetamine abuser who developed AEP and ARDS after amphetamine inhalation is reported. The time between the first IPAS use and admission in cases reported ranged from 7 days to 4 years, while time between the last IPAS use and admission was short (less than 15 days). IPAS use must be sought in case of AEP, especially in young adults, and practitioners must advise and help users to stop their consumption.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pneumonie aiguë à éosinophiles, Cannabis, Cocaïne, Heroïne, Amphétamine

Keywords : Acute eosinophilic pneumonia, Cannabis, Cocaine, Heroin, Amphetamine


Plan


© 2019  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 1

P. 34-44 - janvier 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Antibiothérapie courte au cours de la pneumonie aiguë communautaire : revue de la littérature et perspectives
  • Q. Philippot, A. Dinh, G. Voiriot
| Article suivant Article suivant
  • Complications pulmonaires chez les consommateurs de cocaïne
  • M. Underner, G. Peiffer, J. Perriot, N. Jaafari

Déjà abonné à cette revue ?

;