S'abonner

Impact de l’éosinophilie sanguine sur l’évolution de l’exacerbation aiguë de BPCO - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.207 
T. Znegui, S. Majdoub Fehri , M. Khrouf, N. Fezai, F. Sghaier, H. Kwass
 Service de pneumologie, hôpital régional de Gabès, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La relation entre l’éosinophilie sanguine et l’exacerbation aiguë (EA) de BPCO est non encore bien établie. L’objectif de notre étude est de déterminer l’impact du taux d’éosinophiles dans le sang sur la durée d’hospitalisation ainsi que sur la sévérité de l’exacerbation.

Méthodes

Étude rétrospective comparative incluant 62 patients hospitalisés pour EA de BPCO. Deux groupes de patients ont été définis en fonction du taux d’éosinophiles dans le sang : G1=patients ayant un taux d’éosinophilie sanguine faible (<50 cells/μL), n=21 et G2=patients ayant un taux d’éosinophilie sanguine élevé (>150 cells/μL), n=8.

Résultats

Les deux groupes étaient comparables en termes d’âge (69 ans pour le G1 vs 70 ans pour le G2) et de consommation moyenne de tabac (32 PA dans le G1 vs 36 PA dans le G2). Le VEMS moyen était plus élevé chez les patients du G2 (52 % vs 36 % dans le G1). Chez 13 patients du G1, la BPCO était classé GOLD (D) vs 3 patients du G2 sans différence significative. Treize patients du G1 étaient des exacerbateurs fréquents vs un seul malade du G2, p=0,01. Le recours à la VNI était indiqué chez 2 patients du G1 vs un seul malade du G2, p=0,7. Le transfert en réanimation a été noté chez 3 patients ayant un taux bas d’éosinophilie sanguine vs un patient du G2, p=0,9. La durée moyenne d’hospitalisation n’était pas significativement différente entre les 2 groupes (9jours pour le G1 vs 8jours pour le G2).

Conclusion

Une éosinophilie sanguine basse à l’admission pourrait être un facteur prédictif d’une EA de BPCO plus sévère et d’un séjour à l’hôpital plus long.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 101 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Paramètres cliniques prédictifs du déclin de la fonction respiratoire chez les BPCO
  • N. Belloumi, M. Hamdi, I. Bachouch, M. Bougacha, H. Baili, F. Chermiti Ben Abdallah, S. Fenniche
| Article suivant Article suivant
  • Traitement de la BPCO non conforme aux recommandations GOLD : quelles conséquences?
  • M. Hamdi, N. Belloumi, I. Bachouch, H. Baili, M. Bougacha, F. Chermiti Ben Abdallah, S. Fenniche

Déjà abonné à cette revue ?