S'abonner

Activité intracrânienne du selpercatinib (LOXO-292) chez les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) exprimant le gène de fusion RET dans le cadre de l’essai LIBRETTO-001 - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.242 
V. Subbiah 1, J. Gainor 2, G. Oxnard 3, S. Tan 4, D. Owen 5, B. Cho 6, H. Loong 7, C. Mccoach 8, J. Weiss 9, Y. Kim 10, L. Bazhenova 11, K. Park 12, H. Daga 13, B. Besse 14, , O. Gautschi 15, S. Ng 16, X. Huang 16, A. Drilon 17
1 MD Anderson Cancer Centre, Houston, États-Unis 
2 Massachusetts General Hospital Cancer Centre, Boston, États-Unis 
3 Dana-Farber Cancer Institute, Boston, États-Unis 
4 National Cancer Centre, Singapour, Singapour 
5 The Ohio State University, Columbus, États-Unis 
6 Severance Hospital, Yonsei University Health System, Seoul, République de Corée 
7 The Chinese University of Hong Kong, Hong Kong, Hong Kong 
8 University of California, San Francisco, Helen-Diller Family Comprehensive Cancer Centre, San Francisco, États-Unis 
9 University of North Carolina–Chapel Hill, Chapel Hill, États-Unis 
10 Seoul National University Bundang Hospital, Séoul, République de Corée 
11 University of California, San Diego Moores Cancer Centre, San Diego, États-Unis 
12 Samsung Medical Centre, Sungkyunkwau University School of Medicine, Séoul, République de Corée 
13 Osaka City General Hospital, Osaka, Japon 
14 Gustave-Roussy, Paris, France 
15 University of Berne and Cantonal Hospital of Lucerne, Lucerne, Suisse 
16 Loxo Oncology, a wholly owned subsidiary of Eli-Lilly And Company, Stamford, États-Unis 
17 Memorial Sloan Kettering Cancer Centre, New York, États-Unis 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les patients atteints de CBNPC exprimant le gène de fusion RET ont un risque de métastases cérébrales d’environ 50%. Le selpercatinib (selp), un inhibiteur du RET très sélectif, à administration orale, a démontré une activité antitumorale intracrânienne dans un modèle préclinique d’expression du gène de fusion RET.

Méthodes

L’essai LIBRETTO-001 (89 sites, 16 pays ; étude d’enregistrement de phase 1/2 ; NCT03157128) a recruté des patients atteints de tumeurs solides avancées avec mutation du gène RET, y compris de CBNPC avancé ayant des métastases cérébrales à l’inclusion. Une dose orale de selp de 160mg×2/jour a été administrée, par cycles de 28jours. Les métastases cérébrales ont été évaluées par IRM/scanner à l’inclusion, à chaque 8 semaines pour 1 an, puis à chaque 12 semaines. Le critère principal pour l’analyse de ce sous-groupe pré-spécifié était le taux de réponse objective intracrânienne (TRO, confirmé ; RECIST v1.1), évalué par un comité d’évaluation indépendant (CEI). Les critères secondaires comprenaient la durée de la réponse intracrânienne (DdR) par le CEI. Seuls les patients avec un suivi ≥6 mois après la 1re dose ont été inclus dans l’analyse de l’efficacité. Les analyses sont basées sur la date de césure de 17 juin 2019.

Résultats

Au total, 22 des 79 patients atteints d’un CBNPC exprimant le gène de fusion RET avaient des métastases cérébrales mesurables à l’inclusion (≥10mm) (par le CEI) ; le suivi à 6 mois a été atteint chez 14 (âge médian 64 ans [fourchette 43–80] ; ECOG PS 0/1=21%/79% ; tous ont eu un traitement systémique au préalable ; 5 ont eu une radiothérapie intracrânienne [accomplie>2 mois avant selp]). Le TRO intracrânien était de 93% (n=13 ; IC95%=66,1–99,8), dont 2 complètes (14%) et 11 partielles (79%). La DdR intracrânienne médiane était de 10,1 mois (IC95%=6,7–NE), avec des signes de progression du SNC (n=5) ou des décès (n=1) chez 6/13 répondants. Les répondeurs restants (n=7) étaient en cours de traitement. La présentation comprendra les données actualisées du CEI au 16 décembre 2019.

Conclusion

Le selp a démontré une activité antitumorale intracrânienne marquée chez les patients atteints de CBNPC exprimant le gène de fusion RET et ayant des métastases cérébrales. Les réponses tumorales étaient durables, confirmées indépendamment et observées après une chimiothérapie systémique antérieure. ©ASCO 2020. Réutilisé avec autorisation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 116-117 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Répartition et facteurs pronostiques de l’addiction oncogénique dans l’adénocarcinome bronchopulmonaire métastatique : une étude rétrospective monocentrique au CHRU de Nancy
  • G. Treffel, C. Baumann, A. Luc, F. Chabot, A. Tiotiu
| Article suivant Article suivant
  • Le nivolumab augmente la pression artérielle pulmonaire chez les patients traités pour carcinome pulmonaire non à petites cellules
  • L. Fournel, P. Boudou-Rouquette, M. Prieto, C. Guinet, J. Arrondeau, D. Damotte, M. Wislez, F. Batteux, P. Icard, F. Goldwasser, M. Alifano

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?