S'abonner

Évolution clinique à long terme de la pleurite non spécifique (PNS) après thoracoscopie médicale ou chirurgicale - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.273 
V. Mismetti 1, G. Karpathiou 1, S. Anevlavis 2, P. Ntolios 2, M. Mobarki 2, M. Peoc’h 1, T. Trouillon 1, O. Tiffet 1, N. Zadel 1, F. Casteillo 1, M. Froudrarakis 1,
1 CHU, Saint-Étienne, France 
2 University Hospital of Alexandroupolis, Alexandroupolis, Grèce 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La thoracoscopie (médicale ou chirurgicale) est la méthode de référence pour le diagnostic de pleurésies exsudatives, les principales étiologies étant néoplasiques ou infectieuses. La mise en évidence histologique d’une pleurite non spécifique (PNS) aux biopsies pleurales, soulève parfois la crainte de faux négatifs, certains patients recevant dans les suites le diagnostic de pleurésie néoplasique. Le rôle des modalités de réalisation de la thoracoscopie (thoracoscopie médicale [TM] ou chirurgie thoracoscopique vidéo-assistée [VATS]) sur le risque de faux négatifs n’a jamais été rapporté.

Méthodes

Nous avons réalisé une analyse rétrospective bicentrique (CHU de Saint-Étienne, CHU d’Alexandroupolis). Tous les patients ayant reçu le diagnostic histologique de PNS grâce à des biopsies per-thoracoscopie réalisées dans le bilan étiologique d’une pleurésie et ayant un suivi d’au moins un an, ont été inclus dans l’analyse. Les caractéristiques cliniques à la prise en charge initiale, ainsi que les résultats des examens complémentaires ont été analysés. L’objectif principal était de déterminer la performance de la TM et de la VATS, dans le diagnostic de PNS.

Résultats

Deux cents quatre-vingt-quinze patients ont été inclus dans l’analyse, 116 patients ayant eu une TM, et 179 patients une VATS (Tableau 1). L’âge moyen de nos patients était de 58,5±19,1 et les patients M/F étaient de 216/79 ; aucune différence n’a été observée entre les deux groupes. À la fin du suivi (durée moyenne de suivi=47,3±20,7 mois), un cancer pleural était diagnostiqué chez deux (1,7 % ; soit une valeur prédictive de 98,2 %) patients pris en charge par TM, et un (0,55 % ; soit une valeur prédictive de 99,4 %) patient pris en charge par VATS.

Conclusion

Dans une population de patients ayant reçu un diagnostic de PNS avec au moins 12 mois de suivi, le taux de faux négatifs après TM ou VATS est très faible. Les deux techniques semblent donc adaptées pour rejeter l’hypothèse de néoplasie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 131-132 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Place de la chirurgie après échec de l’extraction endoscopique des corps étrangers inhalés ; à propos de 26 cas
  • M. Hadj Dahmane, I. Bouassida, A. Abdelkbir, H. Zribi, I. Abdenadher, S. Zairi, A. Marghli
| Article suivant Article suivant
  • Quels sont les critères de jugements importants pour le patient en transplantation pulmonaire ? Une revue systématique de la littérature
  • G. Weisenburger, N. Gault, V. Bunel, C. Godet, T. Goletto, C. Medraoui, A. Roux, S. Gaudry, P. Mordant, A. Tran-Dinh, H. Mal, J. Messika

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?