S'abonner

Évaluation de l’antibiothérapie prescrite au cours des pneumopathies aiguës communautaires - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.361 
M. Abdeljelil , I. Kooli, W. Marrakchi, H. Ben Brahim, C. Loussaief, A. Toumi, A. Aouam, M. Chakroun
 Service des maladies infectieuses, CHU Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La prise en charge des pneumopathies aiguës communautaires (PAC) requiert une antibiothérapie précoce et initialement probabiliste. Elle fait l’objet de nombreuses recommandations françaises et internationales. Le but de notre étude est d’évaluer la prescription des antibiotiques au cours des PAC hospitalisées dans un service de maladies infectieuses.

Méthodes

Il s’agit d’une étude type audit effectuée dans un service de maladies infectieuses prenant en compte les prescriptions des antibiotiques au cours des PAC entre janvier 2016 à août 2020. L’évaluation était effectuée en se basant sur les recommandations de la SPILF/AFSSAPS/SPLF 2010.

Résultats

Durant la période d’étude, 95 patients étaient inclus. L’âge moyen était de 50,1 ans (15–94 ans). La durée moyenne de l’antibiothérapie était de 11,3±5,5jours. Il s’agissait d’une monothérapie dans la plupart des cas (n=64, 67,4 %). L’association céfotaxime et fluoroquinolones était la plus fréquente (n=20, 21 %). La prescription des antibiotiques était jugée comme globalement conforme aux recommandations dans 68 cas (71,6 %). Les motifs de non-conformité étaient : une durée prolongée des antibiotiques (n=21, 22 %), une association inutile des antibiotiques (n=6, 6,2 %), un choix inadapté de l’antibiothérapie (n=5, 5,3 %) et l’absence d’indication de toute antibiothérapie (n=1, 1,1 %). Pour les 95 prescriptions d’antibiotiques, environ 93jours dépassaient les durées recommandées. Sur les 74 prescriptions avec des durées adéquates, on observe une tendance à prescrire la fourchette maximale des durées recommandées (n=47, 63,5 %).

Conclusion

Nos résultats montrent que le traitement antibiotique au cours des PAC dépasse les durées recommandées dans près de ¼ des cas. D’où l’importance d’insister sur les règles de bonnes pratiques des antibiotiques et sur les recommandations des experts afin de réduire les dépenses de santé et de préserver l’efficacité des antibiotiques en limitant l’émergence des résistances.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 168 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Épidémiologie des pneumopathies communautaires de l’adulte hospitalisées dans une unité d’infectiologie
  • M. Abdeljelil, I. Kooli, W. Marrakchi, A. Aouam, C. Loussaief, A. Toumi, H. Ben Brahim, M. Chakroun
| Article suivant Article suivant
  • Abcès pulmonaire compliqué d’une pleurésie purulente
  • A. Rattal, H. Benjelloun, N. Zaghba, N. Yassine

Déjà abonné à cette revue ?