S'abonner

Épidémiologie des pneumopathies communautaires de l’adulte hospitalisées dans une unité d’infectiologie - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.360 
M. Abdeljelil , I. Kooli, W. Marrakchi, A. Aouam, C. Loussaief, A. Toumi, H. Ben Brahim, M. Chakroun
 Service des maladies infectieuses, CHU Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les pneumopathies aiguës communautaires (PAC) sont des affections fréquentes et potentiellement graves. Elles représentent la sixième cause de mortalité dans les pays industrialisés. Le but de notre travail est de décrire les caractéristiques épidémiocliniques et les indications à la prise en charge hospitalière des PAC.

Méthodes

Étude rétrospective qui était menée dans un service des maladies infectieuses d’un hôpital universitaire durant la période de janvier 2016 à août 2020.

Résultats

Cent deux cas de PAC étaient colligés avec un sex-ratio (H/F=1). L’âge moyen était de 49,5 ans (15–94 ans). Le tableau clinique était dominé par la fièvre (n=98, 96,1 %), la toux (n=97, 95 %) et l’altération de l’état général (n=64, 62,7 %). Au plan biologique, un syndrome inflammatoire biologique était noté dans près de la moitié des cas (n=47, 46,1 %). À la radiographie de thorax, des opacités alvéolaires étaient présentes dans 55 cas (53,9 %). Il s’agissait d’une PAC bactérienne à germe banal dans 58 cas (56,9 %), à germe atypique dans 37 cas (36,3 %) et d’origine virale dans 7 cas (6,8 %). Les indications à l’hospitalisation étaient : un score CRB 65 ≥ 1 dans 48 cas (47,1 %), une hypoxie dans 24 cas (23,5 %), un état septique sévère dans 15 cas (14,7 %) et une décompensation de diabète dans 6 cas (5,8 %). Aucune indication à la prise en charge hospitalière n’était identifiée dans 9 cas (8,8 %). Une antibiothérapie était prescrite dans 95 cas (93,1 %). Les fluoroquinolones (n=51, 50 %) étaient les molécules les plus prescrites. L’évolution était favorable dans 98 cas (96 %). Trois décès par choc septique étaient notées (2,9 %) et un par insuffisance respiratoire aiguë (0,9 %).

Conclusion

Notre étude a montré que le recours à l’hospitalisation est fréquent au cours des PAC. Près de 9 % des hospitalisations pourraient être évitées. Se référer au score CRB 65 pour indiquer l’hospitalisation pourrait être utile afin d’améliorer la qualité des soins et la maîtrise des dépenses de santé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 167 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Profil épidémiologique et bactériologique des pneumopathies postopératoires (PPO) de chirurgie de résection pulmonaire
  • S. Ouerghi, M. Touaibia, E. Ben Ammar, F. Kouki, M. Abdennadher, T. Sandi, A. Marghli, T. Mestiri
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation de l’antibiothérapie prescrite au cours des pneumopathies aiguës communautaires
  • M. Abdeljelil, I. Kooli, W. Marrakchi, H. Ben Brahim, C. Loussaief, A. Toumi, A. Aouam, M. Chakroun

Déjà abonné à cette revue ?