S'abonner

Kyste hydatique médiastinal - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.461 
Z. Hanyn , N. Zaghba, B. Hanane, Y. Najiba
 Service des maladies respiratoires, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La localisation médiastinale du kyste hydatique est extrêmement rare. Elle représente 0 à 4 % de toutes les localisations. Cette localisation pose volontiers un problème de diagnostique avec les lésions kystiques du médiastin.

Méthodes

Nous rapportons douze cas de kyste hydatique du médiastin réunies au service des maladies respiratoires CHU Ibn Rochd entre 2000 et 2019. À travers cette étude, nous insistons sur les difficultés diagnostiques du kyste hydatique médiastinal.

Résultats

Il s’agissait de huit hommes et quatre femmes. La moyenne d’âge était de 30 ans. Tous nos patients étaient d’origine rurale. Deux patients étaient déjà opérés pour kyste hydatique pulmonaire quatre ans auparavant. Le tableau clinique était dominé par la toux sèche seule était retrouvée chez deux patients, et associée à la douleur thoracique chez quatre patients alors que la dyspnée d’effort était rapportée par six patients. Chez deux patients, la découverte était fortuite. La radiographie thoracique avait retrouvé une image en lâcher de ballon bilatéral dans quatre cas, associée à une cardiomégalie dans deux cas, un aspect d’élargissement médiastinal dans cinq cas, une opacité latéro-trachéale droite et une opacité rétrocardiaque dans un cas chacune. La TDM thoracique a permis de déterminer précisément le compartiment médiastinal atteint et d’étudier les rapports du kyste avec les structures adjacentes. L’IRM thoracique a été nécessaire pour confirmer l’envahissement de l’artère pulmonaire chez quatre patients. Le kyste hydatique médiastinal était isolé dans deux cas, associé à une localisation pleurale, pulmonaire, péritonéale, pariétale, splénique et hépatique dans trois cas, une localisation cardiaque dans deux cas, artérielle pulmonaire dans deux cas, aortique dans un cas et pulmonaire multiple dans sept cas. La chirurgie était préconisée chez cinq patients, associée à un traitement médical à base d’albendazole dans un cas. Le traitement était médical seul dans sept cas. L’évolution était favorable dans dix cas et on déplore deux décès.

Conclusion

La localisation médiastinale du kyste hydatique est rare, cette dernière est souvent associée à une atteinte multiviscérale, d’où son mauvais pronostic.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 210 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Sérologie aspergillaire et diagnostic des aspergillomes pulmonaires
  • C. Farissi, N. Zaghba, H. Benjelloun, N. Yassine
| Article suivant Article suivant
  • Effets indésirables : quel impact des sur l’évolution de la tuberculose résistante
  • M. Ferchichi, S. Ben Saad, A. Ben Mansour, N. Mefteh, O. Naffati, S. Bel Hadj, H. Daghfous, F. Tritar

Déjà abonné à cette revue ?