S'abonner

Tuberculose multirésistante guérie: fin d’une tragédie ou début d’une autre? - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.523 
S. Essebaa 1, , S. Ben Saad 1, A. Ben Mansour 1, A. Channoufi 1, O. Naffeti 2, S. Bel Hadj 2, H. Daghfous 1, F. Tritar 1
1 Service de pneumologie (C), Ariana, Tunisie 
2 Service de pneumologie, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La tuberculose multirésistante (TB-MDR) est une forme grave de tuberculose dont le taux de guérison varie entre 36 et 79 %. Le but de ce travail est d’étudier le devenir des patients traités pour TB-MDR et guéris.

Méthodes

Étude rétrospective ayant inclus des patients traités pour TB-MDR et déclarés guéris au service de pneumologie (C) de l’hôpital Abderahmen Mami, entre 2009 et 2017.

Résultats

Cent quarante patients ont été suivis pour TB-MDR dont 80 ont été déclaré guéris. Le sex-ratio était de 2,8. L’âge moyen était de 41 ans (18–78). Les facteurs de risque de tuberculose (TB) étaient le tabagisme (n=53, 66,3 %), l’alcoolisme (n=31, 38,8 %), les mauvaises conditions socioéconomiques (n=19, 23,8 %), le diabète (n=14, 17,5 %), la toxicomanie (n=14, 17,5 %) et les antécédents d’incarcération (n=10, 12,5 %). Des antécédents médicaux d’immunodépression (n=4), de maladie respiratoire chronique (n=1) et de cardiopathie chronique (n=2) ont été notés. La résistance au traitement antituberculeux (anti-TB) était primaire (n=30, 37,5 %) et secondaire (n=50, 62,5 %). La durée moyenne du traitement anti-TB était de 22 mois (9–33). Deux patients ont eu recours à un traitement chirurgical. Des séquelles radiologiques pulmonaires ont été notées chez 53 patients (66 %). Il s’agissait de dilatation de bronches (n=23, 43 %), d’opacités pulmonaires rétractiles (n=18, 33 %), de destruction pulmonaire (n=8, 15 %), d’hydropneumothorax chronique (n=2, 3 %) et d’épaississement pleural (n=2, 3 %). Une infection à des mycobactéries atypiques était survenue après guérison de la TB (n=3) dans un délai allant de 3 mois à 2 ans. Les germes impliqués étaient Mycobacterium (M) peregrinum, M. avium et M. intracellulare. Aucune rechute n’a été notée avec une période de suivi moyenne de 28,18 mois (2–108). Sept patients ont développé une insuffisance respiratoire chronique. Une oxygénothérapie au long cours était nécessaire (n=2).

Conclusion

Le profil évolutif des patients traités et guéris pour TB-MDR est souvent marqué par les lourdes séquelles à long terme. Un suivi régulier après guérison est recommandé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 233 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Apport du test QuantiFERON®-TB Gold Plus (QFT®-plus) au cours de la tuberculose extrapulmonaire active
  • I. Ayadi, M. Mjid, A. Taboubi, M. Ghermi, R. Abdelmalek, A. Naaroura, L. Laadhar, S. Merai, H. Tiouiri, B. Dhahri, M. Kallel-Sellami
| Article suivant Article suivant
  • Les facteurs prédictifs de multirésistance chez les contacts familiaux de patients atteints de tuberculose multirésistante
  • M. Ferchichi, H. Daghfous, A. Ben Mansour, O. Naffati, S. Bel Hadj, S. Ben Saad, F. Tritar

Déjà abonné à cette revue ?