S'abonner

Variation de la sensibilisation cutanée aux pneumallergènes au fil du temps - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.143 
H. Cherif , N. Mefteh, F. Yangui, M. Triki, Y. Hdidene, M.R. Charfi
 Service de pneumologie, hôpital des Forces de Sécurité Intérieure, La Marsa, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’évolution de l’allergie est très variable entre les individus. Cependant, le profil évolutif de la réactivité aux tests cutanés est variable au cours du temps, soit vers la négativité, la stabilisation ou progression de la sensibilisation à d’autres allergènes. Le but de notre étude est d’évaluer l’évolution de la sensibilisation cutanée aux pneumallergènes par les prick-test (TC) et y déterminer les facteurs déterminants.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective incluant tous les patients ayant consulté pour des symptômes évocateurs d’allergie chez qui une enquête allergologique contrôlée par au moins deux tests cutanés a été pratiquée. Un profil allergénique a été considéré comme évolutif en cas de modifications des données des tests cutanées. Un profil allergénique a été considéré comme stable en absence de modifications des données des tests cutanées.

Résultats

Au total, 391 TC ont été pratiqués chez 190 patients. 96 enfants (50,5 %) et 94 adultes (49,4 %) avec un sex-ratio 0,93. L’âge moyen était 21,6 ans. Une atopie familiale a été retrouvée chez 36,8% des patients. Le délai moyen de contrôle par TC était de 4,9 ans. Les tableaux cliniques prédominants étaient l’association asthme–rhinite–conjonctivite 23,6 %, asthme–rhinite 20 % et rhinite–conjonctivite 11,5 %. Le profil allergique mono-sensibilisé était retrouvé chez 61 patients (32,1 %) alors que le profil poly-sensibilisé chez 129 patients (67,8 %). Les allergènes les plus fréquents étaient les acariens 39.2 %, phanères d’animaux : 5.37 %, Oliviers: 5 %. Trente pour cent des patients (51) ayant un statut initial mono-sensibilisé et 69,2% des patients (115) ayant un profil initial poly-sensibilisé avaient changé de profil (p=0,015) alors que les profils allergéniques stables étaient presque égaux entre les 2 groupes: 10 patients mono-sensibilités et 14 patients poly-sensibilisés initialement (p=0,2). Dix patients adultes avaient un profil initial mono-sensibilisé (10,6 %) contre 51 enfants (53,1 %) (p=0,052). Le profil poly-sensibilisé était retrouvé chez 84 adultes (89,3 %) versus 45 enfants (46,8 %). Des TC évolutifs étaient retrouvés chez 88 enfants (91,6 %) et 78 adultes (82,9 %) (p=0,4) alors qu’un profil inchangé était retrouvé chez 8 enfants (8,3 %) vs 16 adultes (17 %).

Conclusion

Le caractère évolutif des TC était significativement lié au degré de sensibilisation initial. Le contrôle de la maladie atopique justifie la répétition des tests cutanés pour les adultes comme pour les enfants.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 73-74 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les inégalités du genre à l’indice de la qualité de vie au centre tunisien
  • I. Touil, A. Omrane, N. Boudawara, S. Bouchareb, T. Khalfallah, J. Kneni, L. Bouzgarrou, L. Boussoffara
| Article suivant Article suivant
  • L’asthme affecte-t-il la productivité professionnelle ?
  • A. Omrane, I. Touil, O. Jelassi, R. Romdhani, J. Ayeb, Y. Brahim, N. Boudawara, S. Bouchareb, J. Knani, L. Bouzgarrou, L. Boussoffara

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?