S'abonner

Évaluation de la technique et des erreurs d’inhalation chez les patients asthmatiques - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.181 
D. Belkhir , H. Blibech, H. Snène, L. Kaabi, D. Essid, A. Saidane, A. Mlik, N. Mehiri, N. Ben Salah, B. Louzir
 Service de pneumologie-allergologie, CHU Mongi Slim, Sidi Daoud, 2046 La Marsa, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’éducation thérapeutique occupe un rôle important dans la prise en charge de l’asthme. Une technique d’inhalation correcte est requise afin de garantir une efficacité du traitement et un bon contrôle de l’asthme. Le but de cette étude était d’évaluer la technique d’inhalation chez les patients asthmatiques et les différentes erreurs pour chaque dispositif d’inhalation (DI).

Méthodes

Étude transversale incluant des patients ayant un asthme confirmé et utilisant le même DI depuis au moins 3 mois. Les données démographiques et cliniques ont été relevées, et les patients ont répondu au test de contrôle de l’asthme (ACT). Chaque patient a effectué une démonstration complète de sa manière d’utiliser son DI, afin de vérifier activement les erreurs de sa technique d’inhalation.

Résultats

Soixante-cinq patients (25 hommes et 40 femmes) ont été colligés. L’âge moyen était de 51,2±17,3 ans. La durée moyenne d’utilisation du dispositif était de 4,47±6,4 années. L’éducation sur la technique d’inhalation a été assurée par le médecin référent (76,9 %), l’équipe du service (15,3 %), un pharmacien (3 %), ou par auto apprentissage (4,3 %). La moitié des patients (52, %) utilisaient un aérosol-doseur (AD), les autres utilisaient un inhalateur de poudre sèche (IPS). Au moins une erreur technique a été retrouvée chez 63,1 % des patients. Il s’agissait essentiellement d’erreurs d’inhalation (60 %) et de manipulation du DI (27,7 %). La moyenne de la somme d’erreurs était de 2,03 erreurs/patient parmi ceux utilisant les AD et de 0,97/patient parmi ceux utilisant un IPS (p=0,006). Les principaux facteurs prédictifs d’erreurs techniques étaient : un âge ≥50 ans (p=0,042), un bas niveau socioéconomique (p=0,011) et l’analphabétisme (p=0,001). Le nombre moyen d’erreurs était significativement corrélé au degré d’obstruction (%VEMSpré) (r=−0,306, p=0,019), et non significativement corrélé au score ACT.

Conclusion

La fréquence d’erreurs techniques est élevée, surtout chez des patients plus âgés, et économiquement défavorisés. Il est crucial de sensibiliser à l’importance de l’éducation thérapeutique et l’évaluation régulière de la technique d’inhalation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 91 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Enquête de satisfaction à l’égard des dispositifs d’inhalation chez les patients asthmatiques
  • D. Belkhir, H. Blibech, H. Snène, L. Kaabi, A. Saidane, D. Essid, A. Mlik, N. Mehiri, N. Ben Salah, B. Louzir
| Article suivant Article suivant
  • Développer la recherche clinique sur les groupements hospitaliers de territoire : exemple en santé respiratoire dans le département 44
  • R. Dufresne, A. Foureau, C. Schnebelen, A. Cavaillès, C. Hervé, F.X. Blanc, A. Magnan

Déjà abonné à cette revue ?