S'abonner

Conséquences économiques de l’erlotinib dans le traitement des cancers bronchopulmonaires non à petites cellules - 05/12/08

Doi : RMR-11-2008-25-9-0761-8425-101019-200810845 

C. Chouaid [1],

A. Moser [2],

C. Coudray-Omnès [2],

A. Vergnenègre [3]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif Cette étude évalue les conséquences économiques des patients traités par erlotinib pour cancers bronchopulmonaires non à petites cellules (CBNPC).

Méthodes L’étude porte sur 2 cohortes observationnelles : une cohorte traitée par chimiothérapie IV exclusive (n = 233) et une cohorte traitée par erlotinib (n = 166). Seuls les coûts directs sont pris en compte, valorisés du point de vue du financeur.

Résultats Les durées de traitements sont comparables en seconde ligne (respectivement de 94,5 ± 67,5 et 105 ± 79,4 jours pour la cohorte IV et pour la cohorte erlotinib), plus élevées pour la cohorte erlotinib en 3e ligne (76,6 ± 96,5 versus et 114 ± 74,5 jours, p < 0,008) ; la cohorte erlotinib comprend plus de femmes (p = 0,023), plus d’adénocarcinomes (p = 0,0043), un nombre comparable de séjours en hospitalisation conventionnelle mais moins d’hôpitaux de jours, (p < 0,001), de traitement antiémétiques (p < 0,0001), d’agents de synthèse de l’érythropoïétine (p < 0,005) et de G-CSF (p < 0,0001). Les coûts mensuels moyens par patient sont comparables, avec respectivement, pour les cohortes IV et erlotinib, 3 126 ± 1 904 et 2 750 ± 1 450 euros pour la seconde ligne et 3 026 ± 1 029 et 2 823 ± 1 490 euros pour la troisième ligne : l’introduction de l’erlotinib n’a pas augmenté le coût de traitement d’un patient atteint d’un CBNPC.

Abstract

Economic impact of second - and third-line erlotinib treatment of non small-cell lung cancer

Objective This study examined care consumption and management costs among patients who received second- or third-line oral erlotinib therapy for non small-cell lung cancer (NSCLC).

Methods The study involved two observational cohorts of NSCLC second- or third-line treated patients. In the first, patients received IV chemotherapy alone (233 patients), while patients in the second cohort, received oral erlotinib (166 patients). Only direct costs were taken into account. The analysis adopted the payer’s perspective.

Results The treatments lasted a similar length in the second- line setting (respectively 94,5±67,5 and 105±79,4 days for the IV and erlotinib cohorts) but was significantly longer in the erlotinib cohort during third-line therapy (76.6±96.5 versus and 114.4±74.5 days, p<0.008). In the erlotinib cohort, there were more women (p=0.023), a higher rate of adenocarcinoma (p = 0.0043), a similar rate of conventional hospitalization, but less daycare clinics (p<0.001). The erlotinib cohort received significantly less antiemetic treatment (p<0.0001), erythropoietin stimulating agents (p<0.005) and G-CSF (p<0.001). Monthly management costs per patient in the IV and erlotinib cohorts were respectively 3126 ±1904 and 2750±1450 euros during second-line treatment, and 3026±1029 and 2823±1490 euros during third-line treatment (no significant difference). These results must be validated by prospective observational studies focusing on quality of life and the time spent in hospital.


Mots clés : Cancer du poumon , Thérapie ciblée , Chimiothérapie , Analyse économique

Keywords: Lung cancer , Targeted therapy , Chemotherapy , Burden of disease


Plan



© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 25 - N° 9

P. 1096-1103 - novembre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La dermatite atopique aggrave l’inflammation allergique dans la bronchiolite aiguë virale
  • D. Marchand, N. Tayara, M.-L. Choukroun, A. Sarrat, H. Guenard, J.-L. Demarquez, J.-M. Tunon de Lara, M. Fayon
| Article suivant Article suivant
  • Pleurésies malignes révélatrices d’un cancer : comparaison des étiologies avec les pleurésies métastatiques d’un cancer connu
  • L. Cellerin, M. Marcq, C. Sagan, E. Chailleux

Déjà abonné à cette revue ?

;