S'abonner

Mise en route d’une ventilation non invasive : pratiques actuelles et évolutions attendues. Enquêtes du groupe de travail CasaVNI - 24/11/10

Doi : 10.1016/j.rmr.2010.09.014 
D. Veale a, , b , J. Gonzalez-bermejo c, J.-C. Borel d, Z. Rida e, S. Pontier f, J.-F. Muir g, P. Leger h, C. Rabec i

pour le groupe CasaVNI

a Antadir, 66, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris, France 
b Centre de réhabilitation respiratoire Henri-Bazire, 38134 Saint-Julien de Ratz, France 
c Hôpital Pitié-Salpêtrière, 75013 Paris, France 
d Agiradom, 38244 Meylan, France 
e AHARDHAD, ARAR Soins à domicile, 97419 La Possession, La Réunion, France 
f CHU de Toulouse, Toulouse, France 
g CHU de Rouen, 76000 Rouen, France 
h Centre hospitalier de Lyon Sud, 69495 Lyon, France 
i CHU de Dijon, 21000 Dijon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

À l’initiative de la fédération Antadir, le groupe d’experts CasaVNI a effectué un état des lieux et une prospective à moyen terme concernant la mise en place de la ventilation non invasive (VNI) au long cours en France et dans d’autres pays.

Méthodes

Trois enquêtes ont été réalisées : (1) une première concernant les modalités d’installation et de surveillance de la VNI au long cours en France, (2) une deuxième à propos de ces mêmes modalités à l’étranger, (3) une troisième à propos de la prévalence actuelle et l’incidence attendue de la VNI au long cours au cours des prochaines années.

Résultats

La mise en route de la VNI au long cours s’effectue majoritairement en hospitalisation conventionnelle (France=76 % des cas, étranger=79 % des cas) et le suivi s’effectue surtout en hôpital de jour (France=59 % des cas, étranger=43 % des cas). Malgré de multiples sources interrogées, il a été impossible au groupe de travail de déterminer une incidence et une prévalence exactes des malades avec VNI au long cours en France.

Conclusion

En matière de mise en place d’une VNI au long cours, des études cliniques et des recommandations sont encore nécessaires pour valider des alternatives qui permettront de répondre à l’augmentation de la demande tout en gardant une prestation de qualité.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

At the initiative of the Antadir Federation, the expert group CasaVNI has undertaken a study of the current situation and the medium term outlook of the initiation of long term non-invasive ventilation (NIV) in France and other countries.

Methods

Three surveys have been undertaken: (1) the first concerning the modalities of installation and surveillance of long-term NIV in France, (2) a second concerning the same modalities in other countries, (3) a third concerning the current prevalence and expected incidence of long-term NIV over the next few years.

Results

The initiation of long-term NIV takes place in hospital in the majority of cases (France 76%, elsewhere 79%) and the surveillance mainly at a day hospital (France 59%, elsewhere 43%). Despite the interrogation of many sources, the working party has been unable to determine the exact incidence and prevalence of patients receiving long-term NIV in France.

Conclusion

With regard to the initiation of long-term NIV, clinical studies and guidelines are still necessary to validate the alternatives that will permit a response to the increasing demand while maintaining high standards.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Ventilation mécanique, Ventilation à domicile, Insuffisance respiratoire chronique, Délivrance des soins, Organisation et administration

Keywords : Mechanical ventilation, Domiciliary ventilation, Chronic respiratory failure, Service delivery, Organisation and administration


Plan


© 2010  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 9

P. 1022-1029 - novembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étiologie des pneumonies BAAR négatives chez les patients infectés par le VIH hospitalisés à Dakar (étude ANRS 1260)
  • J.M. Sire, P.S. Sow, L. Chartier, B. Ndiaye, M. Ndaye, F. Diène Sarr, M. Vray, C.S. Boye, S. M’Boup, P. L’Her, J.M. Debonne, C. Mayaud, B. Diop
| Article suivant Article suivant
  • L’oxygénothérapie par concentrateur portable à valve à la demande : étude randomisée et contrôlée de son efficacité clinique chez des patients BPCO
  • A. Couillard, D. Foret, P. Barel, D. Bajon, A. Didier, B. Melloni, P. Sauder, J.-F. Muir, D. Veale

Déjà abonné à cette revue ?

;