S'abonner

Épidémiologie de l’allergie pollinique - 19/04/14

Doi : 10.1016/j.rmr.2013.12.006 
D. Charpin a, , D. Caillaud b
a Inserm UMR 7333, clinique des bronches, allergie et sommeil, hôpital Nord, Aix-Marseille université, chemin des Bourrelly, 13005 Marseille, France 
b Service de pneumologie-allergologie, hôpital G. Montpied, université d’Auvergne, 63003 Clermont-Ferrand, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La prévalence des rhinites polliniques peut être établie au travers d’enquêtes épidémiologiques d’échantillons représentatifs de la population générale. Elles comportent un questionnaire qui tend à surestimer les taux de prévalence et parfois la mesure des IgE spécifiques qui doit aussi être interprétée en fonction des résultats du questionnaire. Ces enquêtes sont peu nombreuses en France et déjà anciennes. Les facteurs de risque sont génétiques, épigénétiques et environnementaux. Les liens entre exposition pollinique et répercussions sanitaires peuvent être précisés par des enquêtes épidémiologiques de type écologique ou de panels. Ces dernières ont récemment permis de préciser les notions de seuils et les relations dose-réponse. Outre l’exposition pollinique, des cofacteurs interviennent, tels que le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique générale. La surveillance de l’exposition pollinique et des tendances évolutives de la prévalence de la rhinite pollinique et des taxons responsables d’allergie doit être actualisée et renforcée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The prevalence of seasonal allergic rhinitis can be established through surveys performed in a sample of the general population. These surveys are based on a questionnaire, which could lead to an overestimate of prevalence rates, and on measurements of specific IgE, which need to be interpreted in the light of the responses to the questionnaire. Such surveys are few in France and need to be updated. Risk factors for seasonal allergic rhinitis are genetic, epigenetic and environmental. Relationships between exposure to pollen and health can be documented through ecological and panel surveys. Panel surveys may give information on threshold levels and dose-response relationships. In addition to pollen exposure, global warming and air pollutants act as cofactors. Monitoring of both pollen exposure and its health effects should be encouraged and strengthened.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Environnement, Rhinite allergique, Rhume des foins, Pollen, Épidémiologie

Keywords : Environment, Allergic rhinitis, Hay fever, Pollen, Epidemiology


Plan


© 2014  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 4

P. 365-374 - avril 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Atteinte hépatique du déficit héréditaire en alpha-1-antitrypsine
  • A. Lachaux, J. Dumortier
| Article suivant Article suivant
  • Morbidité cardiovasculaire associée au syndrome d’apnée obstructive du sommeil
  • M. Destors, R. Tamisier, J.-P. Baguet, P. Levy, J.-L. Pepin

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;