S'abonner

Insuffisance respiratoire aiguë chez les patients porteurs d’un cancer broncho-pulmonaire - 21/12/15

Doi : 10.1016/j.rmr.2015.10.131 
S. Toujani 1, , B. Melki 2, T. Khemis 1, M. Mjid 1, Y. Ouahchy 1, S. Ben Salah 2, B. Louzir 2, J. Daghfous 1, N. Mehiri 1, J. Cherif 1, M. Beji 1
1 Faculté de médecine de Tunis, université de Tunis El Manar, unité de recherche 12sp06, service de pneumologie allergologie, CHU La Rabta, Tunis, Tunisie 
2 Faculté de médecine de Tunis, université de Tunis El Manar, service de pneumologie allergologie, CHU Mongi Slim, 2070 Sidi Daoud, La Marsa, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’apparition d’une insuffisance respiratoire aiguë (IRA) est un événement grave dans l’histoire évolutive d’un cancer broncho-pulmonaire (KBP). Notre objectif était de déterminer les étiologies et les caractéristiques de l’IRA chez les patients porteurs d’un KBP.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective faite sur une période de 4 ans ; incluant 31 patients atteints de KBP et hospitalisés pour une IRA, dans le service de pneumologie de l’hôpital la Rabta (Tunis).

Résultats

Parmi 310 sujets atteints de KBP, 10 % ont présenté une IRA. Dans 38 % des cas, l’IRA était inaugurale. L’âge moyen était de 60ans. Une prédominance masculine a été notée (93 %). L’IRA était en rapport avec l’évolutivité tumorale dans 31 %. Dans les autres cas, elle était secondaire à une pneumopathie infectieuse (19 %), à une embolie pulmonaire (12 %), à une pleurésie (16 %), à un pneumothorax (3 %) et à une exacerbation de BPCO (19 %). Il s’agissait de CNPC dans 24 cas (24/215) et de CPC dans 7 cas (7/95) (p>0,05). La maladie était à un stade métastatique dans 58 %, localement avancé dans 36 % et localisé dans 6 % des cas. La plupart des patients ont reçu des traitements symptomatiques, aspécifiques du KBP (oxygénothérapie, bronchodilatateurs, corticostéroïdes, opioïdes, anxiolytiques, anticoagulants…). Une bonne évolution de l’IRA a été notée chez 64 % des cas, 29 % étaient décédés dans un tableau d’IRA.

Conclusion

Nous concluons que certaines causes d’IRA sont potentiellement curables chez les patients atteints de KBP. Le pronostic reste grave si l’IRA est liée à la progression du cancer et si elle n’est pas accessible à un traitement. Des traitements plus spécifiques peuvent être envisagés dans des situations particulières (prothèse endobronchique, laser…) afin d’améliorer le pronostic.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S

P. A94 - janvier 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Profil étiologique du syndrome cave supérieure
  • M. Berny, N. Zaghba, H. Benjelloune, N. Yassine
| Article suivant Article suivant
  • Maladie thromboembolique veineuse et cancer bronchique
  • M. Choubi, H. Jabri, H. Moubachir, W. El Khettabi, H. Afif

Déjà abonné à cette revue ?

;