S'abonner

Les effets of Fluticasone Furoate/Vilanterol (FF/VI) sur les résultats rapportés par les patients : l’étude Salford Lung Study asthme (SLS) - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.109 
H. Svedsater 1, N. Bosanquet 2, L. Jacques 3, R. Jones 4, J. Lay-Flurrie 3, D. Leather 5, J. Vestbo 6, A. Woodcock 6, L. Spinu 7,
1 Value Evidence and Outcomes, GSK, Brentford, Middlesex, Grande-Bretagne 
2 Imperial College London, Londres, Grande-Bretagne 
3 Respiratory Research and Development, GSK, Uxbridge, Middlesex, Grande-Bretagne 
4 Clinical Trials & Health Research, Peninsula School of Medicine and Dentistry, Plymouth University, Plymouth, Grande-Bretagne 
5 Global Respiratory Franchise, GSK, Uxbridge, Middlesex, Grande-Bretagne 
6 Division of Infection, Immunity and Respiratory Medicine, Manchester Academic Health Sciences Centre, University of Manchester and Manchester University NHS Foundation Trust, Manchester, Grande-Bretagne 
7 Affaires médicales respiratoires, GSK France, Rueil-Malmaison, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Une mesure clé du succès du traitement de l’asthme est la qualité de vie liée à la santé des patients, mesurée en utilisant les résultats reportés par les patients (RRP). L’étude sur 12 mois, Salford Lung Study (SLS) en ouvert randomisé contrôlée menée en soins primaires au Royaume-Uni, a comparé l’efficacité et la tolérance de FF/VI 100(200) μg/25μg vs le traitement usuel (TU) optimisé chez des patients asthmatiques symptomatiques. Les patients initiés sous FF/VI étaient plus susceptibles d’être répondeurs au test de contrôle de l’asthme (ACT), vs le TU (ACT20 ou3-points d’augmentation vs l’inclusion) [1]. Les patients initiés sous FF/VI étaient plus susceptibles d’être répondeurs au score total de qualité de vie (AQLQ) (augmentation de0,5-points vs l’inclusion) et ont montré des diminutions significativement plus importantes du score de productivité au travail et de perte d’activité : Asthme (WPAI) à la semaine 52, vs le TU. L’analyse actuelle a décrit les avantages du traitement FF/VI vs TU pour les domaines individuels AQLQ et les scores WPAI à travers les différents sous-groupes de patients dans SLS asthme.

Méthodes

Patients (≥18 ans) asthmatiques symptomatiques traités par des CSI ou CSI/LABA ont complété l’AQLQ à la randomisation, à 24 et 52 semaines, ainsi que le WPAI à la randomisation et à 52 semaines. Les changements à 52 semaines dans les scores des domaines AQLQ et WPAI ont été évalués dans l’ensemble de la population ITT et dans les sous-groupes selon le traitement à l’inclusion (CSI ou CSI/LABA). Les patients ont été classés comme répondeurs AQLQ s’ils avaient une augmentation globale ou spécifique par domaine vs l’inclusion0,5.

Résultats

Dans tous les sous-groupes analysés (ITT, CSI, CSI/BALA), les proportions de répondeurs au score total AQLQ et pour chaque domaine individuel AQLQ étaient plus élevés avec FF/VI vs TU à la semaine 52 (tous p<0,001, Fig. 1). Les patients initiés par FF/VI vs ceux qui ont continué avec TU, ont présenté des diminutions en % significativement plus importantes de l’incapacité au travail globale (ITT : −6,7 vs −4,0 ; différence −2,8 [IC95 % : −4,4, −1,1], p<0,001) et de perte d’activité (ITT :10,4 vs −5,9 ; différence −4,5 [IC95 % : −5,9 ; −3,2], p<0,001). Les résultats étaient similaires dans tous les sous-groupes.

Conclusion

L’avantage d’initier par FF/VI vs le traitement usuel a été observé pour le score total AQLQ, tous les domaines individuels AQLQ et les scores WPAI, indépendamment du sous-groupe de patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A58-A59 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évolution après transplantation pulmonaire pour fibrose chez les patients porteurs d’une mutation du complexe télomérase
  • M. Phillips Houlbracq, H. Mal, V. Cottin, S. Hirschi, A. Roux, L. Wémeau-Stervinou, J. Le Pavec, J. Claustre, S. Park, S. Marchand-Adam, A. Froidure, R. Lazor, J.M. Naccache, S. Jouneau, H. Nunes, M. Reynaud-Gaubert, G. Prevot, B. Crestani, C. Kannengiesser, R. Borie
| Article suivant Article suivant
  • Évolution de la prise en charge de l’asthme persistant en France : pour le meilleur ou pour le pire ?
  • M. Belhassen, M. Nolin, M. Ginoux, G. Devouassoux, E. Van Ganse

Déjà abonné à cette revue ?

;