S'abonner

Étude des préférences des médecins pour l’usage du G-CSF en prophylaxie primaire et secondaire de la neutropénie fébrile par la méthode des choix discrets (MCD) - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.247 
C. Chouaïd 1, , F. Scotté 2, E.C. Antoine 3, H. Simon 4, N. Texier 5, P. Laplaige 6
1 Centre hospitalier intercommunal de Créteil, département de pneumologie, Créteil, France 
2 Hôpital Foch, département d’oncologie médicale et soins de support, Suresnes, France 
3 Clinique Hartmann, service d’oncologie médicale, Neuilly-sur-Seine, France 
4 CHRU Brest, département d’oncologie, Brest, France 
5 Kappa Santé, Paris, France 
6 Polyclinique de Blois, oncologie médicale, Blois, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les recommandations actuelles préconisent la prescription systématique du G-CSF en prophylaxie primaire, pour des chimiothérapies cytotoxiques avec un risque de neutropénie fébrile (NF) supérieur à 20 %, et après une évaluation au cas par cas pour celles avec un risque de NF compris entre 10 et 20 %. Cette enquête vise à évaluer par la méthode des choix discrets (MCD) les préférences des médecins en termes d’utilisation des G-CSFs, notamment leur préférence entre un G-CSF à demi-vie longue ou courte.

Méthodes

La MCD modélise les préférences des répondants en estimant l’utilité (comprendre la satisfaction) apportée par la combinaison de chaque attribut des traitements proposés. En comparant les traitements choisis à ceux qui ne le sont pas, il est possible d’évaluer l’importance de chaque attribut dans le choix d’un traitement, de manière individuelle et relativement aux autres attributs. Les attributs les plus pertinents et leurs niveaux ont été déterminés avec un comité d’experts multidisciplinaire et comprennent : le risque de NF, le traitement biosimilaire, le coût total pour un cycle, le nombre d’injections, la douleur au point d’injection, les douleurs osseuses et la fièvre/syndrome grippal. Huit scénarios ont été complétés par les participants pour la prophylaxie primaire et secondaire. Un modèle logit à effet mixte modélise ce choix en estimant des coefficients associés à chaque attribut.

Résultats

Deux cent cinq participants : hommes, 61 %, avec une expérience de ≤10 (40,5 %), 11–20 (36,1 %), ≥21 (23,4 %) ans dans un service d’oncologie privé (18%), public (73,2 %) ou mixte (8,8 %) (Tableau 1). En prophylaxie primaire, les préférences significatives étaient principalement axées sur le nombre d’injection/cycle (coef. 0,212 ; p<10−4) et le coût total/cycle (coef. 0,1139 ; p<10−4), suivis du profil de tolérance (douleur au point d’injection, le critère le plus évité [coef. 0,0768 ; p<10−4] et de l’efficacité [coef. 0,039 ; p=0,0152]). Le profil biosimilaire a été bien accepté (coef. 0,1446 ; p<10−4). En prophylaxie secondaire, en plus des autres critères, l’efficacité devient un critère de préférence plus significatif (coef. 0,0939 ; p<10−4).

Conclusion

En prophylaxie primaire, les préférences des médecins vis-à-vis d’un traitement par G-CSF reposent sur des critères autres que l’efficacité : confort, moindre douleur, coût. En revanche, les critères d’efficacité entrent en jeu en prophylaxie secondaire. Enfin, le recours à un biosimilaire est bien accepté quelle que soit la prophylaxie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 119-120 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Efficacité du Selpercatinib (LOXO-292) chez des patients porteurs d’un adénocarcinome pulmonaire avec transcrit de fusion KIF5B-RET
  • C. Desaintjean, L. Odier, C. Dussopt, D. Arpin, C.M. Gaillard, S. Lainez, L. Falchero
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge des patients atteints d’un cancer bronchopulmonaire à petites cellules de stade IV – Analyse de la base nationale de données de vie réelle du programme Épidémio-Stratégie Médico-Économique (ESME)
  • C. Audigier-Valette, T. Filleron, D. Debieuvre, C. Kaderbhai, H. Lena, S. Cousin, R. Gervais, R. Schott, J. Otto, P. Dubray Longeras, N. Girard, M. Pérol, C. Chouaid, E. Pichon, S. Hominal, A. Madroszyk, A. Lemoine, S. Hiret, S. Schneider, E. Dansin, D. Planchard, A. Baranzelli, A. Bizieux, C. Clément-Duchêne, J. Le Treut, C. Dayen, D. Couch, S. Thureau, M. Robain, G. Simon, X. Quantin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?