S'abonner

Effet de la rééducation respiratoire intensive préopératoire en chirurgie thoracique - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.160 
H.A. Raharinantenaina 1, , N.N.M. Razafimanjato 2, A.H. Raherinandrasana 3, H.M. Tiaray 4, H.J.L. Rakotovao 2, G.D. Solofomalala 5
1 Service rééducation fonctionnelle, CHU-JRA, Antananarivo, Madagascar 
2 Service de chirurgie thoracique, CHU-JRA, Antananarivo, Madagascar 
3 Établissement des soins et santé publique d’Analakely, Antananarivo, Madagascar 
4 Service de pneumologie, CHU-JRB, Antananarivo, Madagascar 
5 Service de chirurgie, CHU-Anosiala, Antananarivo, Madagascar 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le but de la rééducation respiratoire chez les patients programmés pour une chirurgie thoracique est d’optimiser leur opérabilité en améliorant la fonction respiratoire afin de réduire les complications postopératoires. L’objectif de notre étude est d’évaluer l’effet de la rééducation respiratoire intensive préopératoire en chirurgie thoracique en surveillant les paramètres de la fonction pulmonaire (EFR) et la capacité d’exercice (test de marche 6minutes) du patient.

Méthodes

Il s’agit d’une étude prospective descriptive des patients programmés pour une chirurgie thoracique ayant poursuivi des séances de rééducation journalières de 2 semaines au service de rééducation fonctionnelle CHU-JRA pendant la période du 1er septembre 2019 au 1er juillet 2020. Les patients programmés pour une chirurgie thoracique en urgence, perdus de vue pendant la rééducation et ceux qui n’ont pas fait une EFR de contrôle sont exclus dans notre étude.

Résultats

Durant cette période, 21 patients ont été colligés avec un âge moyen de 47,71 ans et à prédominance masculine. Les 33,33% avaient un antécédent de tabagisme mais ils étaient tous sevrés avant le début du traitement. Après le programme de la rééducation respiratoire, il y avait une nette amélioration des paramètres fonctionnels mais ne sont pas statistiquement significatifs: VEMS (1,70 avant et 1,73 après) CVF (2,15 vs 2,18) DEP (4,41 vs 4,63) et rapport de Tiffeneau (71,72 vs 71,48). De plus, une amélioration considérable de la capacité d’exercice par le test de marche 6minutes (318,09m avant et 399,52m après) a été objectivée après la fin de la rééducation intensive.

Conclusion

Une amélioration de la capacité d’exercice a été constatée après la rééducation respiratoire intensive avant la chirurgie thoracique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 81 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Impact d’un programme de réhabilitation sur la composition corporelle des patients BPCO
  • R. Djebaili, B. Chiboub, R. Heddane, A. Ouahchi, A. Djebbar
| Article suivant Article suivant
  • Efficacité et tolérance des biothérapies ciblant la voie de l’IL5 pour le traitement de l’asthme sévère dans une cohorte adulte monocentrique lilloise de vraie vie
  • E. Cuvillon

Déjà abonné à cette revue ?