S'abonner

Amélioration du pronostic des cancers bronchiques non à petites cellules : mythe ou réalité ? - 30/04/08

Doi : RMR-12-2005-22-6-C2-0761-8425-101019-200509152 

B. Milleron,

A. Lavolé,

V. Gounant

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Un certain nombre d’arguments conduisent à penser que le pronostic des cancers bronchiques non à petites cellules a pu s’améliorer pendant ces vingt dernières années.

La comparaison des études historiques menées pendant des périodes différentes met en évidence un gain de survie mais expose à de nombreux biais liés à la sélection des malades et à l’effet Will Rogers.

Les études prospectives randomisées démontrent un certain nombre de progrès : la chimiothérapie péri-opératoire dans les stades opérables, la radio-chimiothérapie concomitante dans les IIIB, les drogues récentes dans les stades IV améliorent le pronostic. Pourtant, l’analyse des registres jusqu’à 1997 n’objective pas d’amélioration significative de la survie.

Cette discordance pourrait s’expliquer par les différences entre la population générale (stade avancé, PS élevé) et la population sélectionnée par les essais thérapeutiques. De plus, les conclusions de ces essais ne sont pas toujours appliquées. Enfin, les progrès les plus importants sont postérieurs à 1997.

En conclusion, le pronostic des cancers bronchiques non à petites cellules s’est amélioré dans une population sélectionnée de malades. Pour espérer retrouver cette amélioration dans la population générale, il faut que celle-ci soit traitée selon les recommandations issues de ces essais.

Abstract

Improved prognosis in non small cell lung cancer – myth or reality?

Some data suggest that survival in non small cell lung cancer (NSCLC) has improved in the last ten years. A comparison between large prospective therapeutic trials from 1979 to 2002 does show some progress but there are many biases, especially the Will Rogers effect, where stage migration due to new methods of diagnostic imaging and invasive staging procedures could improve actuarial survival in each stage.

Prospective randomised trials comparing older and more recent treatments demonstrate some improvements, specifically perioperative chemotherapy in stages I-IIIA, chemo-radiation in unresectable stage III disease and new drugs in stage IV. However retrospective whole population studies fail to show a significant improvement in survival.

These discrepancies could be explained by differences between whole populations and those selected for clinical trials. Moreover, the results of the therapeutic trials are not always applied in all unselected patients.

In conclusion, NSCLC survival can be improved in a selected population. To reproduce this in the whole population all patients should be managed in accordance with the results of recent trials.


Mots clés : Cancers bronchiques non à petites cellules , Essais thérapeutiques , Effet Will Rogers , Pronostic des cancers bronchiques non à petites cellules

Keywords: Non small cell lung cancer , Treatment , Will Rogers effect


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 22 - N° 6-C2

P. 137-142 - décembre 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules métastatiques
  • M. Pérol, D. Moro-Sibilot

Déjà abonné à cette revue ?

;