Suscribirse

Syndrome de haute résistance des voies aériennes supérieures : quelles approches cliniques et quelles procédures diagnostiques ? - 14/12/15

Doi : 10.1016/j.rmr.2015.08.001 
S. M'saad a, , I. Yangui a, W. Feki a, N. Abid a, N. Bahloul a, F. Marouen a, A. Chakroun b, S. Kammoun a
a Service de pneumo-allergologie, CHU Hédi Chaker, 3029 Sfax, Tunisie 
b Service d’oto-rhino-laryngologie, CHU Habib Bourguiba, 3029 Sfax, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
Artículo gratuito.

Conéctese para beneficiarse!

Résumé

Le syndrome de haute résistance des voies aériennes supérieures (SHRVAS) est une entité mal définie, souvent décrite comme étant une variante modérée du syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS). Il est caractérisé par une fragmentation du sommeil par des micro-éveils, associée à des événements de haute résistance, et ce en l’absence d’apnées, d’hypopnées et de désaturations significatives. Cette affection relativement fréquente touche préférentiellement l’adulte jeune non obèse avec une atteinte équivalente des deux sexes. Sa pathogénie est caractérisée par une collapsibilité des voies aériennes supérieures, intermédiaire entre celle des sujets normaux et celle des patients ayant un SAHOS léger ou modéré. Ce phénomène est souvent favorisé par des anomalies de la morphologie crânio-faciale et/ou otorhinolaryngologique. Sur le plan clinique, il s’agit typiquement d’un syndrome fonctionnel somatique dominé par une fatigue chronique et une somnolence diurne excessive. Le diagnostic positif doit être idéalement argumenté par une polysomnographie avec mesure des pressions œsophagiennes. L’absence de lésions neurologiques locales fait du SHRVAS une pathologie de bon pronostic et potentiellement réversible. Il semble, toutefois, que les formes non traitées sont associées à un risque majoré d’hypertension artérielle systémique et d’évolution vers un SAHOS.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Summary

The upper airway resistance syndrome “UARS” is a poorly defined entity, often described as a moderate variant of the obstructive sleep apnea syndrome. It is associated with respiratory effort-related arousal, absence of obstructive sleep apnea, and absence of significant desaturation. It is a relatively common condition that predominantly affects non-obese young adults, with no predominance in either sex. The degree of upper airway collapsibility during sleep of patients with UARS is intermediate between that of normal subjects and that of patients with mild-to-moderate sleep apnea syndrome. Craniofacial and palatal abnormalities are often noted. Patients frequently complain of a functional somatic syndrome, especially daytime sleepiness and chronic fatigue. Polysomnography with esophageal pressure measurements remains the gold standard diagnostic test. The absence of any neurological abnormality gives UARS a good prognosis and it is potentially reversible if treated early. However, some studies suggest that untreated UARS has an increased risk of arterial hypertension. It can also evolve into obstructive sleep apnea.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Mots clés : Ronflement, Syndrome de haute résistance des voies aériennes supérieures, Syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil, Orthèse d’avancée mandibulaire, Syndrome fonctionnel somatique

Keywords : Snoring, Upper airway resistance syndrome, Obstructive sleep apnea-hypopnea syndrome, Mandibular advancement devices, Somatic functional syndrome


Esquema


© 2015  SPLF. Publicado por Elsevier Masson SAS. Todos los derechos reservados.
Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Vol 32 - N° 10

P. 1002-1015 - décembre 2015 Regresar al número
Artículo precedente Artículo precedente
  • Atteintes respiratoires au cours du déficit immunitaire commun variable de l’adulte
  • J. Hadjadj, M. Malphettes, C. Fieschi, E. Oksenhendler, A. Tazi, A. Bergeron
| Artículo siguiente Artículo siguiente
  • Efficacité de l’activité physique dans l’aide à l’arrêt du tabac
  • M. Underner, J. Perriot, G. Peiffer, J.-C. Meurice